Patrick Cohen revient sur la vie d'Henri de Turenne, grand journaliste français qui avait reçu un Emmy Award pour une formidable série de reportages sur la guerre du Vietnam...

De gauche à droite : Alex Valentine (Reuters), Jean-Marie de Premonville et Henri de Turenne (AFP) pointent des impacts de balles sur leur jeep durant la Guerre de Corée
De gauche à droite : Alex Valentine (Reuters), Jean-Marie de Premonville et Henri de Turenne (AFP) pointent des impacts de balles sur leur jeep durant la Guerre de Corée © AFP / INTERCONTINENTALE / AFP

Aussi loin qu'il m'en souvienne, c'est-à-dire dans les années 70, l'histoire à la télévision, l'histoire en images et témoignages, celle des grands documentaires sur les événements du 20ème siècle, avait la voix d'Henri de Turenne...

Extrait.

Plus tard j'ai découvert que ce phrasé si particulier, cette voix un peu gouailleuse, ce style direct et élégant étaient ceux d'un grand journaliste.

Henri de Turenne avait couru le monde pour l'AFP, pour France Soir, gagné le prix Albert Londres, puis rejoint la télévision  -5 colonnes à la une, Caméra 3. Avant de produire une centaine de documentaires.

Les grandes batailles, des autos et des hommes, l'année 36.

Et une formidable série sur le Vietnam, dénoncée par Bigeard et les anciens de Diên-Biên-Phu et récompensée par un Emmy Award.

Extrait.

On lui doit aussi un scoop mondial. C'est lui Turenne qui avec son équipe, 15 ans après la guerre retrouve le pilote américain qui avait lâché sa bombe sur Hiroshima...

Extrait.

Henri de Turenne, une vie à raconter le siècle et donner le gout de l’histoire. Il s’est éteint hier à 94 ans.

►►► ALLER PLUS LOIN | Henri de Turenne : les élégances du journalisme sur franceinfo

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.