Non elle ne chantera pas !

Extrait de « Going to Niu mountain »

Ça, c’est Peng LiYuan, la chanteuse et épouse du président chinois, celle qui a refusé de goûter du beaufort l’autre soir à la mairie de Lyon et dont on a occupé l’après-midi d’hier par une visite de l’hôpital Necker aux côtés de Marisol Touraine, missionnée pour jouer les premières dames de substitution.

Est-ce qu’on peut arrêter le disque ?

C’est que rien n’est trop beau pour accueillir les Chinois et signer leurs contrats.

Les contrats, les contrats, brandis par toute la presse ce matin… On dirait une scène de Gaston Lagaffe.

Avec dans le rôle de De Mesmaeker, le super-patron qu’il ne faut surtout pas contrarier, ce président chinois qui a refusé toute rencontre avec la presse et qui ne saura pas qu’en France l’heure est aux restrictions budgétaires. En tout cas, il n’en verra rien.

Tapis rouge en triple épaisseur donc, les Champs-Elysées bloqués, la garde républicaine au grand complet pour l’accueil aux Invalides.

Et ce soir tous les fastes du Château de Versailles, avec dîner privé servi par Alain Ducasse au Grand Trianon, précédé d’un concert à l’Opéra royal, où seront mêlés airs célèbres français, Offenbach et Léo Delibes… et musiques traditionnelles chinoises.

Mais non – là ce n’est plus Gaston Lagaffe, c’est Asterix – non elle ne chantera pas…

Extrait bande-originale des Chinois à Paris de Jean Yanne. Musique de Michel Magne.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.