Quelques alexandrins ce matin, à la mémoire de Michel-Antoine Burnier… dont on a appris le décès hier à 71 ans.

Journaliste aux multiples talents, figure du magazine Actuel , brillant parodiste avec Patrick Rambaud.

Et aussi satiriste politique pour Libération il y a 10 ans.

Voici ce que Burnier mettait dans la bouche de François Hollande, alors patron du PS en 2002, et on va voir que les situations et les personnages n’ont pas beaucoup changé :

Hollande :

L’ambitieux Mélenchon sur un ton doctoral

Voudrait porter les feux au quartier général

Des trotskistes vexés m’accablent de leur rage

Mais comment riposter à ce tir de barrage ?

Dois-je tourner à gauche ou bien virer à droite ?

Monter avec Fabius une combine adroite ?

Et là, le spectre de Mitterrand apparaît devant Hollande :

Ah petit ignorant qui piétine mon œuvre,

Tu n’as donc pas compris le sens de la manœuvre !

Déguise ta pensée, drape-toi de mystère,

Maintiens dans les hauteurs ton sacré magistère

Tu peux à ce jeu-là pousser loin le bouchon

N’expose pas Fabius, épargne Mélenchon

Et susurre à chacun les mots qu’il veut entendre

Leur système aussitôt en deviendra plus tendre.

Voilà c’était « La voix des spectres » signé Michel-Antoine Burnier, l’homme qui faisait rimer bouchon et Mélenchon.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.