Elle continue, la bataille des parkings…

Alors je ne vous parle pas d’une baston dans un coin sombre mais de la guéguerre entre les députés et les sénateurs sur ce sujet apparemment très sensible.

Aujourd’hui, dans la majorité des parkings, vous stationnez 15 minutes, vous en payez 60. Et vous faites cadeau des 45 autres aux collectivités ou aux sociétés concessionnaires. Un marché de 600 millions d’euros par an…

D’où l’idée, déjà mise en œuvre en Espagne et en Belgique d’une tarification à la minute, vous payez ce que vous consommez. A la louche, cela ferait environ 100 millions d’euros d’économies pour les automobilistes. C’est le combat de l’UFC–Que Choisir, c’est ce qu’avaient voté les sénateurs dans la loi consommation qui est discutée actuellement.

Mais hou la là, ont dit les députés, ça va trop loin, on va se contenter du quart d’heure… Passer à la minute ça va être très compliqué pour les sociétés de parking, on ne sait pas bien pourquoi.

Mais c’est devenu la position du ministre Benoît Hamon…

Extrait Benoît Hamon sur France Inter le 19/12/2013.

Mais l’histoire n’est pas finie. Puisque hier soir les sénateurs ont rétabli la tarification minute. On résume : aujourd’hui vous stationnez 16 minutes, vous en payez 60. Avec la version des sénateurs, vous en paierez 16. Avec celle des députés et du gouvernement, vous en paierez 30.

Reste à comprendre le mystère de cette bataille parlementaire au 3ème sous-sol…

Extrait « Le parking maudit » d’Eddy Mitchell.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.