"Money for nothing" chantait Dire Straits dans les années 1980. De l’argent pour rien. C’est un peu l’histoire, racontée dans Le Monde , de cette joueuse de tennis italienne qu’on a pu voir à Roland Garros : Camilla Giorgi. Cinquantième joueuse mondiale à 22 ans. Pas mal. Spécialité : emprunter de l’argent et filer dans la nature ou sur les courts de tennis.

En 2010, papa n’avait pas les moyens de lui payer une formation en Italie. Un billet pour les États Unis. Un riche couple du Connecticut finance les séances d’entraînement. Il n’a jamais revu la joueuse. En quatre ans, une mère de famille, un entraineur de tennis , un directeur de tournoi, et même un ancien joueur professionnel qui l’ont aidé d’une manière ou d’une autre sont ainsi restés marrons comme une mauvaise terre battue. A ce jour, précise le Monde, l’Italienne a gagné 820.000 Euros sur le circuit. 57.000 de plus cette semaine à Roland Garros. Elle a perdu au deuxième tour.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.