Son dernier concert était diffusé sur C8 mercredi dernier : Michel Sardou quitte la scène à l'âge de 71 ans. Devant le silence assourdissant des chroniqueurs musicaux de notre radio, Alex Vizorek a décidé de consacrer sa chronique au plus grand répertoire vivant de la chanson française...

Guten Morgen Lea und ein schöne Tag am für die mannschaft die sieben neun (bonne journée Léa et l'équipe du 7/9)  

Alors pourquoi ouvrir comme ça ? Tout simplement parce que si les Ricains n'étaient pas là, nous serions tous en Germanie.  

Eh oui ! Vous avez reconnu cette "punchline" de mon Michel... Michel, qui a arrêté sa carrière de chanteur en nous laissant avec cette grande question : "mais où vont les eaux bleues du Tanganyika ?

Alors, on ne le saura jamais. Son dernier concert était diffusé sur C8 mercredi dernier (je ne vous cache pas qu'Arte ne s'est pas battu pour avoir les droits de diffusion) mais quels adieux ! Tout le monde était là... Il y avait les Connors, les O'Connolly, les Flaherty du Ring of Kerry - mais surtout un silence assourdissant des connaisseurs de musique de notre station, France Inter, et son logo rouge comme un soleil couchant de Méditerranée, rouge comme le sang de Rimbaud coulant sur un cahier... 

Qui, pour rendre hommage au plus grand répertoire vivant de la chanson française ? 

Ils sont où les Manzoni, les Varrod, les Manoukian ?  

Ça va être comme Johnny ? Il va falloir attendre que Michel nous quitte pour entendre "Ils ont le pétrole" après un flash info lors d'une journée spéciale ? 

Alors j'accuse ! J'accuse les hommes un par un et en groupe, j'accuse les hommes de cracher dans la soupe ! Monsieur Sardou a eu l'élégance de partir à 71 ans, partir tôt, il n'avait pas envie de devenir le Jean-Pierre Elkabbach de la chanson, pas envie de devenir le Gérard Collomb de la chanson, pas envie de devenir le Charles Aznavour de... Le Charles Aznavour.  

Alors ce matin, Michel, je vais t'aimer à faire trembler tous les marquis de Sade - et qu'importe le regard de Nicolas Demorand qui était là dans ce fauteuil, premier témoin de mes faux pas, et qu'importe le jugement de Léa Salamé, cette fille aux seins lourds...  

Je veux rendre hommage à Michel parce que Sardou c'était la France ! Qu'est-ce qu'il en reste ? Un corps mort pour les cormorans...  

Michel Sardou, qu'on aime ou qu'on aime pas, on connaît ses chansons !  

Tout mon respect pour Jacques Higelin, le Johnny Hallyday des auditeurs d'Inter, mais si je vous demande d'écrire sur un post-it des titres de chansons d'Higelin, pas certain que vous le rempliriez... 

Essayez avec Michel Sardou : prenez bien une feuille A3 ! Parce que, oui, il a tout chanté et tout le monde ! Le gars a fait une chanson sur Lénine (Vladimir Ilitch), une chanson sur le Pape François (San Lorenzo), même une chanson sur les Républicains (Je vole)...  

Tout le monde a chanté du Sardou ! 

L'autre jour, j'entendais un migrant fredonner Je viens du sud et par tous les chemins, j'y reviens : Eric Ciotti en a chialé en sanglotant Afrique adieu. Il parle à tout le monde  ! 

Vous croyez quoi ? Qu'Harvey Weinstein n'est pas ému quand il entend "J'ai envie de violer des femmes, de les forcer à m'admirer" ou Amanda Lear à être une femme ?

Le chanteur Michel Sardou a quitté la scène 

La dernière chanson de son concert d'adieu, c'était évidemment Les lacs du Connemara, comme lors des mariages, on la passe pour faire comprendre aux gens que la soirée se termine.  

En arrêtant sa carrière, il va laisser un grand vide dans la chanson française alors il me vient une idée :  que Matt Pokora, Grégoire et Nolwenn Leroy lui rendent un vrai hommage en ne faisant pas d'album "Génération Sardou"... 

Enfin, j'aimerais terminer cette chronique en doublant mon hommage, car derrière chaque artiste, il y a une maman, qui a fait la personne qu'il est devenu alors ce matin je vous le demande : on dit merci qui ?  On dit "Merci Jackie et Michel".  

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.