Il faut vraiment que je vous le dise, il y a une tendance qui m’échappe un peu et à laquellele Monde consacre une page entière hier : « La Sarkomania » chez les jeunes. Il y a des années, c’est la varicelle, des années c’est la coqueluche, et bien cette année, c’est la « Sarkomania ».

Moi qui pensais qu’un jeune, ça se devait d’être Che Guévariste, et bien non, on peut avoir 21 ans et vouer toute son admiration révolutionnaire au « Comandante » de Neuilly. Le frondeur de droite !

Alors vous me direz qu’on a tous, à une époque, réfléchi à être de droite. Vous, Catherine Boullay, adolescente, je suis certaine que vous avez eu une période Chiraquienne ou Balladurienne. Et vous Eric Delvaux, ne me dites pas que vous n’avez pas succombé un moment à la Cotymania, sacré René Coty, toute votre jeunesse.

Mais même moi, je suis Pécressien ascendant Dati, penchant que je dois moins à mon implication politique qu’à une passion frénétique pour les cougars !

Je comprends ça d’autant mieux que quand moi j’étais plus jeune, j’étais aussi un peu le Nicolas Sarkozy des cours de sport. On ne me préférait dans les équipes que lorsqu’il n’y avait plus d’autre choix.

Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy © CC

La Sarkomania progresse donc et en plus, c’est la rentrée des classes. Alors ce matin, si vous voulez les reconnaitre, ce sont ceux qui sont déjà là à 7 heures devant les grilles . La France qui se lève tôt.

Ils ont tout l’attirail de rentrée… Le beau cartable « Bygmalion », avec dedans, le plumier « Nicolas Sarkozy », rempli de différentes couleur d’Hortfeutres et aussi un classeur à Morano ! Oui, les jeux de mots sont autorisés ce matin.

Et bien sur, la gomme Claude Géant pour effacer les éventuelles boulettes.

Pour la collation, la boîte à pain au chocolat Jean-François Copé. A la récré, ce sont ceux qui draguent les plus jolies filles et le soir, qu’importe les rythmes scolaires, ils restent pour travailler plus sans doute pour chômer plus, mais ça, c’est à cause du gouvernement Marxo-trotskyiste de François Hollande.

En tout cas, je souhaite une bonne rentrée à cette jeunesse qui soutient Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy qui parvient donc à fédérer de l’ado à Lilianne Bettencourt, il est intergénérationnel…

En 2017, s'il parvient à avoir les voix des jeunes et l’argent des vieux, il sera bien difficile à battre !

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.