Je vais vous parler de l’équipe de Handball du Qatar, car au Qatar :

Mais oui, dès que je me lance dans une chronique engagée il y a du Michel Sardou pour l’illustrer!

Nikola Karabatic en pleine action contre le Qatar en finale des championnats du monde.
Nikola Karabatic en pleine action contre le Qatar en finale des championnats du monde. © EPA/MaxPPP

Donc, cette fameuse équipe de handball qui est arrivée jusqu’en finale face aux Experts!

En fait elle n’est constituée que des mercenaires : 1 Cubain, 2 Egyptiens, 3 Monténégrins, 3 Bosniens, et même 1 Français, bref, une équipe qui compte plus de nationalités ensemble que Gérard Depardieu à lui tout seul!

Et c’est bien là, la question : peut-on en vouloir à des pauvres joueurs de devenir qatari pour gagner plus d’argent alors que des riches Français deviennent belges ou suisses pour ne pas perdre plus d’argent?

L’amour de la patrie aussi s’achète ! Et c’est cohérent dans un monde capitaliste cohérent…

Bien sûr, si vous le faites, c’est pour optimiser. Si vous avez déjà une excellente équipe de basket, pas la peine de transférer un péruvien.

Et puis c’est intéressant de voir que le Qatar se passionne pour des sports qui ne sont pas directement les leurs: le hand, le foot... Ils sont à deux doigts d’organiser les mondiaux de hockey sur glace avec, pourquoi pas, une finale Qatar-Arabie Saoudite !

Pourquoi cela s’arrêterait ? Ils vont se passionner pour le rally avec le Paris-Qatar, puis pour le cyclisme avec la classique un peu éprouvante : Liége-Doha-Liège…

Revenons à cette équipe de hand qui a choqué les puristes. Mais au fond, pourquoi le sport ferait-il exception?

A l’Eurovision, on peut prendre un chanteur qui n’a rien à voir avec votre pays : Céline Dion en 1988, gagne pour la Suisse. Bon, la France ne le fait pas, elle n’envoie que des chanteurs français. Résultat, elle n’a plus gagné depuis 1977.

Cela dit, dans le sens inverse, ça fonctionne : France Gall a gagné pour le Luxembourg. Vous imaginez bien que le Luxembourg est à la chanson de variété, ce que le Qatar est au hand : un désert !

Poussons le raisonnement plus loin : est-on obligé, à la tête de grandes entreprises françaises, d’avoir un Français ?

Si à la tête de la SNCF, on virait Guillaume Pepy pour placer Laksmi Mittal, je peux vous dire que les négociation avec Sud Rail se passerait autrement.

Et même pour la politique, pourquoi ne pas s’offrir les meilleurs en allant les chercher ailleurs? Vous imaginez le gouvernement qatari : ministre des Finances, Angela Merkel ; Vladimir Poutine à la Défense, ministre des Affaires étrangères : Benjamin Netanyahou; ministre de la Condition féminine : Silvio Berlusconi, ministre de la Culture : Kim Jung Un, il va bien gérer les médias.

Vous noterez que je n’ai pris aucun Français…

Et cette loi de l’offre et de la demande existerait aussi pour les radios. Il faut prendre les meilleurs... Vous savez que Qatar Inter est déjà super-intéressée par votre naturalisation, Yves Decaens et Catherine Boullay ?

Alex Taylor aussi, à condition qu’il mette son kilt sur la tête pour en faire une coiffure locale. Pas d’inquiétude, vous feriez les émissions en direct du Parc des Princes qui est déjà considéré comme un territoire local !

Pour Benjamin Sportouch, rien n’exclut un départ à « L’Ehhhxpresse »… un très grand hebdo local, cette semaine en couverture : « Faut-il se méfiez des Francs-maçons en extrême orient ?» Moi-même, j'ai été approché par une grande chaine d'humour qatari pour y organiser le Festival de Montreux de Doha. Tout ça pour dire que si le Qatar a ouvert la brèche de la dénationalisation des choses, Michel Sardou pourra bientôt rechanter :

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.