J’ai décidé de vous parler du travail le dimanche, donc de La loi Macron, le point de beauté néo-libérale sur la peau tellement lisse du socialisme à la Hollande ! Emmanuel Macron, le chouchou du gouvernement qui nous prouve qu’on peut avoir des rouflaquettes et être à la mode !Mais avent de commencer ce papier, je voulais juste vous dire que je l'ai écrit dimanche...je me suis dit mettons nous en conditions. Vous noterez que mes méthodes de travail s'approchent très fortement de celles du journalisme d'investigation....Motivé également à l'idée de pouvoir facturer plus cher, puisque quand on travail le dimanche, c'est normal qu'on soit compensé ! Choisir de travailler le dimanche, c’est essayer de travailler moins pour gagner plus !Attention, j'ai pas commencé tout de suite, c'était dimanche.

D’ailleurs vous noterez que quand on ajoute « du dimanche » à quelque chose, c’est péjoratif !!!Un conducteur « du dimanche », un dragueur « du dimanche », un chroniqueur « du dimanche »

Donc, j'ai d'abord été chez mon boulanger, qui était ouvert, j'y ai été en métro, parce qu'il faisait froid, le métro d'ailleurs qui roulait, une personne le conduisait, dans mon Iphone, j’écoutais France Inter en y allant et en fait, il y a des programme le dimanche, avec des flash info du dimanche, des flash info en direct ! Sans doute fait par des gens qui n'ont pas de famille, comme le chauffeur du métro, comme mon boulanger, comme Michel Drucker, voilà un type qui bosse tous les dimanches. Michel Drucker, c'est le Sisyphe dominical.Attention, je me sens partir sur une chronique de droite… je comprends qu'on n'ait pas envie de bosser le dimanche...l'an dernier on parlait de l'interdiction pour les magasins de bricolage d'ouvrir le dimanche. Moi déjà, j'étais pour l'interdiction du bricolage en général !Donc pour moi ça change rien, j’ai jamais bricolé de ma vie, je ne vais pas m'y mettre un jour férié.Non, mais je veux bien admettre que si vous avez justement besoin d'une pince-monseigneur, le jour du seigneur, ça pose problème.Notez que c'est cohérent, puisque Dieu lui-même, ne travaillait pas le dimanche. Mais, en bon chef d'entreprise qu'il est, il oblige ses employés, les curés, à justement travailler leurs plus gros jour le dimanche... alors, pour les curés, a priori, l'argument du week-end en famille ne tient pas.Dieu est donc bien à l'image de ses disciples, un adepte du "faites ce que je dis, pas ce que je fais" !Résultat, le bricoleur « du dimanche » ne peut pas acheter ce dont il a besoin et, mieux encore, ce dont il n'a pas besoin. Parce que Chez Casto y a tout ce qui faut et aussi pas mal de truc qui faut pas, mais comme ils sont bien disposés dans les rayons on les prend quand même...On notera que les filles de joies aussi elles travaillent le dimanche et à elle vous pouvez demander une brouette… brouette que vous ne pouvez acheter avant le lendemain chez Monsieur Bricolage ! Bref, hier, lundi : je reprends ma chronique où je l'ai laissée car moi le dimanche je ne travaille pas, je joue ! Et me rends compte que bosser un lundi, même si les autres bossent avec moi, et bien ce n'est pas moins harassant que la veille. Et je repense à ce que disait Dalida: Monday, is Just another morning.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.