Hier, la plus belle mèche du PAF, Laurent Delahousse, a consacré une longue émission à Charles Pasqua !

Eh non, ce n’est pas un numéro spécial de « Faites entrer l’accusé », non, c’est « 13h15, le dimanche » !

42 minutes de bonheur puisque la première bonne nouvelle de l’émission, c’est que Charles Pasqua est toujours vivant !

L’interview commence plutôt bien :

Voilà on va pas la lui faire, le bonhomme il en a fait de la garde à vue, c’est pas à la première question de Delahousse qu’il va craquer!

Puis, évidemment, on attend le moment où il va lui parler des affaires, ce qui obligerait Charles Pasqua à répondre :

Fernandel, sors de ce corps !… Mais non, cette réponse, c’est à la question de son amitié avec Chirac, amitié de 40 ans, et d’ailleurs Laurent Delahousse lui pose la question de ce qu’il a ressenti quand Chirac, en 1995, est élu Président:

Mais si, ils ont été amis ! Bon, reprenons le fil de l’interview, parce que c’est sûr, on va y venir aux affaires, Delahousse est trop pro pour ne pas, à un moment, lui demander son sentiment par rapport à des condamnations, et il pourrait répondre :

Et bien non, cette réponse, c’était pour la question des manifs contre lui… On va plutôt demander des conseils au grand ministre de l’Intérieur et lui demander s’il a des solutions pour les djihadistes, et bien sûr, il a des idées :

Ah, le Pasqua qu’on aime est toujours là ! Il est bouillant, on peut passer aux affaires. Ah non, d’abord, on va lui demander ce qu’il pense de Hollande, le silence qui précède la réponse de Pasqua, c’est aussi du Pasqua :

C’est long comme réflexion, mais ce qui est bien, c’est qu’il est pareil quand on lui parle de Sarkozy et de son retour :

Bon, avec tout ça, on est déjà à 35 minutes d’émission, il en reste sept et le miracle arrive :

Abracadabrantesque : il est mignon cet adjectif...

Et bien voilà, c’est réglé : « Pfoutttt! »

Il n’a pas changé : la gouaille franchouillarde et tout est réglé, et on a passé 42 belles minutes avec une légende de la politique. En fait, on a surtout appris que le Français avait un très grand sens du pardon avec ces gens, Chirac est une idole, Pasqua est sanctifié, dans 10 ans, Michel Drucker fait un Vivement Dimanche avec Bernard Tapie et dans 20 ans, Laurent Delahousse fera « Un jour un destin Patrick Balkany »…

Tant que ça reste sur une chaîne publique, c’est peut-être une façon de rendre l’argent au contribuable...

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.