Ce matin je voudrais revenir sur l’affaire Sophie Marceau, Jean-François Copé.

Acte un, en début de semaine dernière dans une interview pour le magazine Society , Sophie Marceau apprend que Jean-François Copé aurait pu être dans le casting de la Boum car les rôles masculins avait été choisi au lycée Duruy qu’il fréquentait à l’époque …ah ah, aurait-il été Copé au montage?

Non, il était absent le jour des essais, sans doute choqué parce qu’un étranger lui avait volé son pain au chocolat ce matin-là. Mais malgré tout, c’est fou comme il passe toujours tout près du succès!

Cela dit, pour l’instant, Copé est un peu le Pierre Cosso de la politique: on en entend plus trop parler.

Et en apprenant ça, Sophie Marceau a dit: "J'ai failli jouer avec Copé? Peut-être que ça aurait rendu service à la politique s'il avait fini au cinéma. Il était peut-être un peu pur à l’époque.»

Mais comment ose-t-elle insinuer ça de mon Jef? Les gens sont méchants. Etface à tant de lynchage, le Calimero de Meaux s’est fendu d’un post sur son blog, car il se sentait « blessé ». On le comprend, ça ne doit pas être facile d’apprendre qu’on est pas « pur », comme ça en lisant la presse…surtout venant de Sophie Marceau qui n’est pas toujours connue pour dire que des trucs censés… Mais là, pour une fois qu’elle tape juste c’est sur lui que ça tombe.

Dans ce texte, il s’en prend surtout à ce qu’il appelle « la méchanceté gratuite », tu m’étonnes qu’il est choqué, que la méchanceté soit gratuite alors qu’il aurait pu la faire facturer par des amis.

Mais voilà, il n’en veut pas vraiment à Sophie: qui pourrait en vouloir à une femme qui dès qu’elle monte le tapis rouge montre soit ses seins soit son entre-jambes? Non, il voudrait simplement qu’elle lui adresse un simple « mot de regret».Je serais Sophie Marceau, j’accepterais, à la condition que Jean-François adresse un mot de regret aux français pour l’ensemble de ses mises en examen.

Mais derrière tout ça, n’y a-t-il pas la souffrance d’un homme qui aurait revé d’être comédien?

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.