Un jeu de mots qui n’est pas sans nous rappeler que Monéo est d’un autre temps !

Il nous a quittés sans bruit ni fracas, il va nous manquer à tous. D’ailleurs, comment va -t-on faire pour vivre sans lui, lui qui avait su se rendre tellement indispensable ?

Lui, c’est:

Un jeu de mots qui n’est pas sans nous rappeler que Monéo est d’un autre temps ! Car oui, Monéo n’est plus. Créé au siècle précédent, en 1999, Monéo a commencé par contenir des francs avant de passer aux euros.

Pour vous le situer dans l’Histoire, Jacques Chaban-Delmas a encore pu utiliser Monéo, Vittorio Gassman aussi, et même Garcimore a peut-être eu dans sa poche ce bout de plastique. On imagine d’ailleurs Garcimore à la boulangerie tentant de payer sa baguette avec Monéo et dire : « che comprend pas, ça marche pas »...

On rit, on rit, mais quel choc pour nous tous que la disparition d’un objet tellement emblématique d’une période où l’on n’avait pas compris que la technologie ne devait servir qu’à se simplifier la vie. Car oui, si vous achetez un Twix à l’épicerie, vous sortez deux euros en monnaie, vous les payez ! Pourquoi s’imposer d’aller recharger une carte, puis l’insérer dans un sabot pour payer, puis espérer qu’il reste assez dessus pour le prochain achat ?

Évidemment, tous les Français n’ont pas réagi de la même manière à cette disparition. Il y a d’abord ceux qui ont été surpris parce qu’ils étaient persuadés qu’il avait déjà disparu, un peu comme Richard Anthony.

Ensuite, il y a ceux qui ne savaient même pas qu’il avait existé. A l’UMP par exemple, personne n’a jamais compris l’intérêt d’une carte pour les petites dépenses !

Et puis les plus peinés, ceux qui utilisaient vraiment Monéo, pour ces cinq-là, le choc a dû être terrible. Monéo fonctionnait tellement bien qu’ils n’ont sans doute plus vu une pièce de monnaie depuis tellement longtemps. Ils ne savent d’ailleurs pas si on est à l’euro ou aux sesterces, aux piastres, aux deniers…

Je me moque, mais en Belgique, nous avions un équivalent : « Proton », né en 1996, donc trois ans avant vous, et ça n’a jamais pris. Donc, c’est une drôle d’idée que celle des Français, de vouloir tout de même imposer un truc qui n’a déjà pas fonctionné ailleurs. Mais bon, vous avez fait pareil avec le socialisme ! Vous aimez bien vous tromper vous-mêmes et c’est compréhensible, continuez à voter Front National !

Mais revenons à Monéo et ses nombreux avantages par rapport à la petite monnaie : déjà, on pouvait aussi jouer à pile ou face avec Monéo, c’est moins pratique, mais ça marche.

Mais là où ça va nous manquer, c’est dans le métro quand sur la ligne 6, un vieux manouche édenté va venir vous polluer les oreilles avec sa version de la vie en rose de Piaf jouée sur une guitare à quatre cordes. Quand, à la fin du morceau, il passera pour vous demander une petite pièce, moi c’était mon plaisir de répondre : « vous prenez Monéo ? ».

En revanche, il y a des cas où ça m’avait posé problème : en voyage à Rome avec une charmante jeune petite, j’ai voulu faire un vœu à la Fontaine de Trévise, et là, sans pièce, j’ai jeté ma carte Monéo dans l’eau. C'est d’ailleurs peut-être pour ça que mon vœu d’avoir une relation sexuelle avec sa mère ne s’est pas réalisé.

Fini Monéo donc, Monéo, toi avec qui on payait ses croissants, toi avec qui on payait le plein de son scooter, toi avec qui on s’achetait un numéro de Closer.. . Tiens, on dirait la vie de François Hollande !

Bref, salut l’artiste, salut Monéo !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.