Hier François Hollande inaugurait la Fondation Vuitton. Il a même pris la défense de l'œuvre de Mac Carthy vandalisée place Vendôme. Ce qui est normal, puisque cette œuvre, c'est un peu l'histoire de son quinquennat : au départ, on se dit que c'est joli, très vite on comprend qu'on peut se le mettre où je pense, et à la fin, ça se dégonfle! Mais surtout, la semaine dernière, François Hollande avait été à la Comédie Française voir un Labiche, reprise du succès « Le chapeau de paille d'Italie». Quelques jours plus tôt, il a été voir « Hôtel Europe» de BHL. Enfin plus précisément, je devrais dire que quelques jours plus tôt, il était au chevet d'« Hôtel Europe » de BHL, la pièce a dû s'arrêter faute de spectateurs L'ingratitude du public qui préfère Labiche au chasseur BHL! Mais pourquoi donc tant d'affection pour le spectacle vivant? Hollande nous prépare-t-il une reconversion ? Est-ce qu'il ne voudrait pas à la fin de son mandat devenir acteur ? Ca expliquerait pas mal de choses, peut-être que s'il allait chez Julie Gayet, c'était pour répéter des scènes pour son entrée au Conservatoire ? Notez qu'il ferait mieux de s'inscrire au cours Florent (Philippot), c'est la méthode Actors Studio, on vous donne un rôle et vous le jouer à fond. Philippot, c'est « le gentil du FN », on lui aurait donné un rôle de méchant chez Mélenchon, ou de pollueur chez les Verts, il peut tout jouer! Pour Hollande, ça lui donne de belles perspectives, on l'imagine à la Comédie Française, lieu qui n'aura jamais aussi bien porté son nom, jouer de grands classiques, avec dans le trou du souffleur, Martine Aubry:

« Je suis jeune il est vrai, mais aux âmes bien née, la valeur n’attends pas le nombre des années »

__

Dans son cas, ce n’est pas entièrement vrai, je ne sais pas s’il ferait un grand Cid. Peut-être devrait-il jouer du contemporain, c’est déjà son problème en politique. Il pourrait jouer Beckett, « en attendant Godot », peut-être le réadapter « en attendant Ségo » et elle n'arrive jamais.

Ou alors, si sur scène ça ne prend pas, il peut mettre en scène ses collègues politique : Arnaud Montebourg dans « Don Juan », Valérie Trierweiller dans « On ne badine pas avec l’amour », Cahuzac dans « Les Mains sales », Aquilino Morelle dans « Le soulier de satin », Dominique Strauss Kahn dans Cyrano : « C’est un roc, c’est pic, c’est un cap, que dis-je c’est un cap, c’est une péninsule ! »

Ou bien des gens de droite : Alain Juppé dans « L'Illusion comique », Nadine Morano dans « Les femmes savantes »,

Jean-François Copé dans « Tartuffe ou l'imposteur », Bernard Tapie, dans « Huis Clos », Nicolas Sarkozy dans du Beckett aussi, dans « Fin de partie .

Bref, suite à la venue de Schwarzenegger en tant que politique, on ne sait pas dans quel sens la reconversion est la plus souhaitable !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.