Alexandre Kominek était en boîte hier...

Alexandre Kominek
Alexandre Kominek © Radio France

Je tenais à le dire, je suis extrêmement ravi de faire une chronique sur France Inter, parce que je suis Suisse. Donc, après Marina Rollman, Thomas Wiesel, Charles Nouveau, il y a un moi, on est en train de dégager les Français, comme à l'euro. 

A part ça, hier, j'étais en boite et là, certains vont se dire quoi? Ils sont jusqu'à cinq heures alors qu'il aient une chronique à faire. C'est quoi ? C'est une rediff de la dernière de Beigbeder. Alors non, je vous rassure, moi, je pète la forme, même si tout à l'heure, je saignais du nez. 

C'était surréaliste de se retrouver en boîte après tant de temps. Pass sanitaire obligatoire. C'est beaucoup plus facile de rentrer maintenant Laetitia. Avant, il fallait être bien sapé et ramener des meufs. Maintenant, il faut juste un QR code. 

D'ailleurs, le QR code, c'est comme si c'était ta meuf. Tout le monde la scanne. Tu te sens jugé en permanence. La seule différence, c'est quand tu l'as avec toi, tes potes ne font pas la gueule, parce que le QR code, il parle pas. 

Le seul souci, c'est qu'après un an et demi sans fête, quand tu vois comment les gens se comportent en boite. Faudrait pas seulement imposer un pass sanitaire, mais un permis de conduite. D'ailleurs, énormément de similitudes entre le Code de la route et les boites de nuit au bar, tout le monde se grille la priorité. J'ai vu des meufs mettre des stops à des mecs et eux ils faisaient genre 'je ne l'ai pas vu'. 

J'arrive aux toilettes. J'avais oublié que les mecs ne savaient pas viser. Donc bam aquaplaning.

La suite à écouter ou regarder 

Thèmes associés
(Ré)écouter Le billet d'Alexandre Kominek