Hier, Charles Nouveau nous parlait de Star Wars et aujourd’hui j d’une autre vieille franchise récemment relancée par nostalgie et appât du gain : Mad Max. Mad Max parce que c’est la meilleure manière qu'il a trouvé pour nous décrire la circulation à Paris pendant ce mois de décembre.

Françaises, Français, bonjour.

Et un bonjour tout particulier à ceux d’entre vous qui nous écoutez pendant un trajet de neuf heures à bord d’un bus low-cost en chemin vers des gens que vous ne vous réjouissez de revoir qu’à moitié.

Hier je vous parlais de Star Wars et aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’une autre vieille franchise récemment relancée par nostalgie et appât du gain : Mad Max.

Mad Max parce que c’est la meilleure manière dont je peux vous décrire:
la circulation à Paris pendant ce mois de décembre.

Non pas qu’à la base les rues de Paris soient tout à fait connues comme étant des bastions de fluidité et de courtoisie, mais moi je viens de Suisse.

Pour moi la révolte sociale, la grève et plus généralement le chaos c’est des notions assez exotiques.

Je pensais pas que ça pouvait m’affecter de si près.

Et pourtant hier, alors que je cherchais un remède homéopathique contre les carences d’inspiration pour les chroniques. J’attendais chez moi la livraison d’un ami herboriste.

Quand je reçois un sms littéralement sans appel :

« Désolé, frère, c’est chaud avec la grève »

Et là tout de suite je me dis deux choses:
Premièrement, faut que je prévienne Marie-Pierre Planchon que cette fois je peux pas lui filer une dépanne.

Deuxièmement, cette situation est peut-être plus grave que je pensais.

Et comme personne n’a l’air de savoir comment ça va se décanter,
je suis allé consulter une cartomancienne footballistique.
C’est à dire une femme - qui lit l’avenir - dans les cartes paninis.

Résultat: Kurzawa. Giroud. Nagatomo et le logo du Méxique.
C’est chaud. C’est chaud, les amis. Voici: le futur que prédisent les cartes.

Lundi 9 mars 2020

95ème jour de grève. Nonante-cinquième jour de consternation.
Paris est complètement paralysée par des carcasses de voitures abandonnées faute de pouvoir avancer, et c’est la zizanie.

Le cheval redevient le seul moyen de locomotion viable à travers la ville.

Soudain la chaîne Equidia casse tous les records d’audience télévisuelle.

La popularité des jockeys commence à dépasser celle des joueurs du PSG.

Le #jockeybody est trending topic sur Instagram.

Nicolas Sarkozy et l'hologramme de Jean Rochefort sont favoris à la mairie de Paris.

Dépassée par la situation et agacée par la non-utilisation de ses pistes cyclables, Anne Hidalgo décide de s’allier avec Cédric Vilani, qui l’accueille dans son bureau de campagne dans les catacombes.

Féru d’histoire, Anthony Bellanger voit dans ce changement de paradigme des parallèles évidents avec le déclin de la dynastie des Zagoué, en Ethiopie.

Distrait par cette tangente dont il n’arrive plus à sortir, il est mangé par Teddy Riner.

Car bientôt le maintien de l’ordre est difficile et une partie de la population subsiste en chassant.
Les premières proies sont les pigeons, les petits chiens XVIe arrondissement et les journalistes.
Par peur des cannibales et manque de moyens de transport, la majorité des Parisiens ne sortent plus de chez eux.
Ils survivent en se faisant livrer des vivres par des drones envoyés par les GAFA.

Emmanuel Macron profite de la situation pour tester de futures mesures nationales et annonce des pourparlers pour que la région Ile-de-France devienne une filiale d’Amazone.

Dans son allocution, il parle de synergie, de win-win et des possibilités de demain.

Voilà ce qu’il se passe si je ne peux pas me faire livrer.

Ou si je me fais livrer. Maintenant je ne sais plus.

Mais en tout cas je vous remercie pour le contact.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.