Hier, nous parlions de Stendhal. Aujourd’hui on va parler de deux autres grandioses hommes de lettres français : Booba et Kaaris

Deux contemporains qui entretiennent vous le savez une rivalité de plume et d’esprit qui n’est pas sans rappeler celles de jadis entre Voltaire et Rousseau.

Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrais jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire », dit la fameuse citation de Voltaire.

Alors apparemment Voltaire n’aurait jamais dit ça, ce qui ne l’empêche évidemment pas de rester un immense apôtre de la tolérance, en plus d’être entre autres, un homophobe antisémite.

Et de toute façon, de cette citation approximative, Booba et Kaaris n’en ont pas retenu la totalité:

Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrais, (POINT). 

Ils l’avaient déjà fait dans le Duty Free de l’aéroport d’Orly.
Ca leur avait coûté un petit séjour en prison à chacun.
Comme quoi dernièrement la population carcérale française a non seulement beaucoup gagné en effectifs, mais aussi en followers.

Et après tout, quand t’es au duty free de l’aéroport, dans une brouillard de parfum à couper au couteau, exactement à mi-chemin entre l’endroit où on t’a obligé à enregistrer un bagage parce que t’as pris un caleçon et demi en trop, et le joyau d’aérodynamisme capable de t’amener en vacances à Barcelone mais dont l’ergonomie ne prend absolument pas en compte la longueur de tes fémurs.
À cet endroit là : qui, n’a jamais eu envie, de mettre une patate à quelqu’un?

Cela dit c’était le 1er août, et comme vous j’en suis sûr, j’étais choqué qu’on puisse faire une chose pareille, le jour de la fête nationale suisse.

Parce que la Suisse on n’est pas un peuple très belliqueux, je sais pas si vous saviez.

Nous si y a une bagarre, on veut bien regarder.

À la limite faire un billet, mais faut pas nous demander beaucoup plus d’implication.

Même quand c’est un boxeur de quatre-vingt-dix ou plutôt « nonante » kilos, quand on parle français correctement,
même ce mec là, contre une grand-mère cancéreuse qui était déjà vieille sous Chirac, géopolitiquement on arrive souvent à se dire: « boah, chacun ses raisons ».
 

On sait relativiser !
« On vous laisse vous ambiancer.
Vous réglez ça entre vous.
Et si jamais quelqu’un veut changer de banque, on a des prospectus. »

Du côté de leur prochaine querelle conjugale, Booba et Kaaris nous proposent carrément d’y assister en payant

Soit l’inverse du schéma auquel la Suisse est habituée.

Moi dans mes plus grands moments de violence, l’opératrice me remet en attente, et eux ils vont carrément réussir à vendre des billets.

C’est à l’initiative de Booba, Duc de Boulogne, qui au milieu de son agenda d’aristocrate de la punchline a suggéré la date du 20 avril à Bercy.

Et le 20 avril c’est mon anniversaire.

Ca me fait une raison de plus d’aimer Booba. Ca et le fait qu’on arrête pas de me dire que, torse nu, on se ressemble énormément.

B20 qui propose à Kaaris de choisir les règles de ce combat qui sera finalement un combat de MMA pour, je cite:

enterrer la hache de guerre

Bah oui.

Les enfants, cette semaine sur France Inter en plus d’avoir été rassurés quant à l’existence du Père Noël, vous avez appris comment résoudre vos conflits dans la vie.

C’est deux mecs de 38 et 42 ans qui vous le montrent.

Une crise de la quarantaine normalement tu fais des implants capillaires ou tu prends un crédit pour t’acheter une bagnole de sport.

Sauf qu’eux ils ont tous les deux le crâne rasé et des bagnoles ils en ont déjà un paquet chacun.

J’ai lu que l’âge de raison chez l’enfant c’était aux alentours de 7 ans.

C’est quand l’Oedipe est enfin franchi.

Mais là je m’excuse, y a clairement un transfert œdipien inter-générationnel quand Kaaris dit :

Où tu veux quand tu veux j’te nique ta grand mère.

Merci de m’avoir écouté cette semaine.
À bientôt sur les ondes ici ou ailleurs, où inchallah en personne le 20 avril à Bercy.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.