#NouveauIsMorin

Extrait sonore (Pierre Desproges)

On démarre cette chronique avec un peu de nostalgie puisque hier c’était la journée mondiale du patrimoine audiovisuel.
Et je me suis dit :quelle belle opportunité d’écrire 15 secondes de chronique en moins.

En parlant de patrimoine, Daniel Morin n’est pas là, ce matin.

D’où ma présence.

Vous savez que Daniel Morin et moi n’avons jamais été vus dans la même pièce ?

J’en profite pour mettre fin aux rumeurs incessantes de la Twittosphère et l’avouer enfin :
Oui, je suis, Daniel Morin.

Charles Nouveau c’est mon identité secrète quand j’ai envie d’être un peu peinard.

Charles Nouveau est pour moi un peu ce que Clark Kent est à SuperMan.

Sauf que pour l’incarner au lieu d’enfiler des lunettes j’enfile des cheveux.

Mais parlons d’actualité

Comme du fait que, comme beaucoup j’en suis sûr, j’ai appris ce matin qu’on avait reculé d’une heure. Il y a de ça 24 heures.

Alors ne vous moquez pas parce qu’on le sait, qu’on avance ou qu’on recule, ce matin des milliers de Français vont tenter de justifier leur retard auprès de la hiérarchie en tentant un « non mais en fait sur mon micro-ondes ». Normal. C’est le jeu.

Je rappelle que cette excuse n’est plus valable à partir de 2021 alors profitons.

Certains d’entre eux font semblant et d’autres, nous écouterons en podcast.

Pour ma part j’ai failli faire la chronique de 5h57, en fait.

Qui comme chacun sait n’est pas une chronique humoristique, mais un point quotidien sur l’actualité de la levure.

Laetitia Gayet vous vous étiez déjà là à 5h57. L’oeil vif. Hypermétrope mais vif.

La dernière fois qu’on s’est vus je vous avais écrit une ode. Vous vous rappelez?

Et je constate ce matin que pour nos retrouvailles vous n’avez même pas amené des croissants.

- Dieu vous le rendra !

J’aurais préféré que vous me le rendiez vous, mais c’est pas grave.

Dans la nuit de samedi à dimanche certains ont dormi une heure de plus.

Mais vous Laetitia vous m’expliquiez tout à l’heure que vous testiez l’élasticité de vos ménisques en boîte sur du Sean Paul.

Et bien vous en a pris, parce que c’est rare les opportunités de vivre une heure à double.

De faire deux fois plus en une heure que d’habitude.

Une prouesse demandant habituellement beaucoup plus d’effort ou alors de préalablement s’irriter la cloison nasale.

Et c’était ma dernière boutade sur le weekend de Laetitia.

Ceux qui ont dormi ont bien fait, eux aussi.

D’après une récente étude de Santé Publique France, les Français ne dormiraient pas assez, figurez vous.

Et quand on voit les regards autour de cette table, on se demande si cette étude était réellement nécessaire.

On est passé à moins de 7 heures par nuit en semaine.

Peut-être en partie à cause de tous ces êtres célestes toujours si fiers de nous avouer
« ah mais moi 35-40 minutes par nuit, ça me suffit, je te jure ».

Je pense parler au nom de tous les Français quand je dis que personne ne vous croît.
Voire que personne ne vous aime.

Arrêtez de nous faire croire que c’est normal d’avoir le cycle de sommeil d’un skipper du Vendée Globe alors qu’on sait très bien qu’un jour vous allez vous effondrer au milieu d’un supermarché parce qu’en sonnerie de son portable quelqu’un aura mis la musique du générique de Bonne Nuit Les Petits.

Pour réduire les risques d’infarctus et de diabète, et augmenter les niveaux de courtoisie matinale : dormons plus, chers auditeurs. Dormons plus.

Bravo à ceux qui ont commencé hier.

Parce que les changements d’heure c’est comme les moutardes, certains piquent plus que d’autres.

Et si cette analogie ne vous plaît pas, souvenez-vous : elle est signée Daniel Morin.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.