Cette semaine l’Union Européenne a accepté un troisième report du Brexit et il nous incombe désormais bien sûr d’analyser exhaustivement cette grave impasse diplomatique et institutionnelle.

« Partir un jour, sans retour… effacer, notre amour. »

Sans se retourner. Ne pas regretter: c’est pas sûr, n’en déplaise aux 2Be3.
Parce qu’ils ont pas l’air super sûr d’eux, les sujets de la Reine Elizabeth.

Partira ? Partira pas ?

Le Brexit c’est le plus gros feuilleton du mercato depuis Neymar. Mais avec de moins belles dents.

Une rupture potentielle qui fait mal quand on sait que notre union crée parfois de si belles choses, comme Charlotte Gainsbourg ou Eric Cantona.

Et là on n’a pas complètement rompu mais on n’est pas complètement ensemble.

C’est le flou. On est en « pause ». Comme Ross et Rachel dans Friends.

Moi ça me touche les questions européennes, Laetitia Gayet.

Mon père est Français, ma mère est Espagnole, on m’a pondu en Suisse et apparemment j’aurais été conçu au cours d’un acte sexuel appelé le Moulin Polonais.

Si j’étais un super héros mon nom ce serait Espace Schengen.

Et comment ne pas avoir, quoiqu’il arrive, une tendresse particulière pour les Britanniques ?

Ce peuple à part que j’ai eu le bonheur de côtoyer pendant un an.
L’un des seuls durablement installé aux deux extrêmes de l’échelle de l’élégance.

J’oublierai jamais l’arrivée à l’aéroport de Manchester : sur le tarmac, j'avais jamais vu ça.
il pleuvait de gauche à droite. Ça aussi il le font dans le mauvais sens.

Une fois que tu connais le Nord de l’Angleterre, Brest c’est Malibu.

Là-bas ils n’ont pas de Marie-Pierre Planchon puisqu’on sait déjà quel temps il va faire demain.

Et même si c’est mouillé tout le temps et que j’ai pensé vivre mes derniers instants à chaque fois que je rentrais dans un rond-point, il faut reconnaître qu’ils ont beaucoup - donné - au monde, les Britanniques.

La liste est très longue, je vous la fais pas maintenant.

Il vous suffit de revoir la cérémonie d’ouverture des JO de 2012 sur YouTube. Tout est dedans.

Les Britanniques qui ont beaucoup pris au monde aussi. Je vous fais pas la liste non plus, il vous suffit d’aller au British Museum. Tout est dedans.

La France a fait pareil bien sûr mais elle n’a pas eu l’arrogance d’appeler ça le Musée Français.

Pourtant c’est un des trucs qui nous rapproche, Britanniques et Français : l’arrogance.

Quand un Britannique ou un Français s’adresse à des étrangers, on sent souvent dans le ton qu’il a un peu trop conscience du fait que son pays dominait jadis le monde.
Tout en ayant l’air de ne pas du tout être au courant du fait que ce n’est plus vraiment d’actualité.

C’est en partie ça qui fait que certains de l’autre côté de la Manche ont eu envie de quitter une Union où l’on continuera de parler leur langue pour se comprendre, même après leur départ.

Ils le savent et c’est pour ça que les Rosbifs sont parmi les seuls au monde à être pire que les nous les Frogs en langues étrangères.

En français leurs bases c’est « oui oui oui », « s’il vous plaît », « voulez-vous coucher avec moi », « Ali Baddou ». Les mots clés, bien sûr.

Mais pour leur rendre service et parce qu'on les aime, la fin de ma chronique sera traduite dans la langue de Shakespeare, tandis que je continuerai dans la langue de Booba.

Cher Royaume Uni, ici la France.

Dear United Kingdom, this is France.

Et tout ce qu’on a envie de vous dire sur le Brexit

And all we want to tell you about Brexit

C’est que vous avez vraiment fait de la merde.

Is that we will miss you very much.

Goodbye

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.