Ça va aller encore mieux en rigolant. Il est 05h15 et nous sommes le 1er avril. Je suis donc le premier humoriste de France à faire des blagues en ce 1er avril. C’est formidable. Je me sens comme un pédophile qui… Qui… Non, laissons tomber cette blague…

Je ne veux pas être de mauvais goût dès le matin. Et puis je ne veux pas me fâcher avec nos amis pédophiles. Un jour, j’aimerais bien, moi aussi, tourner dans un film de Roman Polanski.

Nous sommes donc le 1er avril et pour un humoriste, c’est un peu problématique. Tout le monde fait des blagues le 1er avril. C’est un peu comme le toucher rectal quand c’est la journée mondiale de la proctologie.

Ah mince, j’avais dit que je ne voulais pas être de mauvais goût ! Bon ben... C’est loupé.

Non mais c’est pour la transition. Parce que qui dit « proctologie » et « blagues », dit quoi ? Dit « François Hollande ».

françois hollande nomme manuel valls à matignon
françois hollande nomme manuel valls à matignon © reuters

Avec lui, on rigole, mais ça pique un peu les fesses. Prenons par exemple l’expression drôlissime qu’il a employée lors de son allocution hier soir : « Je veux un gouvernement de combat ». C’est marrant quand on connaît la guerre qu’il a menée au monde de la finance. Ceci dit, je le charrie, mais il y a eu des morts dans le monde de la finance. C’était deux traders qui, en l’écoutant, sont mort de rire en s’étouffant avec leur café.

Je sens donc que l’humour va être au rendez-vous des commentaires politiques aujourd’hui. Moi, j’ai d’abord eu un petit contretemps, car j’ai cru que c’était dimanche dernier le 1er avril. En effet, j’ai entendu à la radio : « François Bayrou remporte l’élection ». Là, je me suis dit : les mecs, ils y vont un peu fort niveau canular. Et ben non, figurez-vous qu’a priori, c’est vrai.

Alors méfions-nous quand même. Il y a des infos qui sont des canulars et on ne s’en aperçoit pas tout de suite. Et c’est un problème. Je pense à David Pujadas qui s’est fait connaitre en se faisant passer pour un journaliste. Aujourd’hui, plus personne n’y croit bien sûr , mais il ne veut pas lâcher sa place de présentateur du JT.

Citons également votre cas, Éric Delvaux. Rappelons qu’il y a quelques années, vous vous êtes fait passer pour un sex-symbol auprès de votre épouse. La pauvre femme paye, encore aujourd’hui, le prix de sa naïveté.

Parfois, c’est l’actualité en elle-même qui est une blague.

Par exemple, cette commune qui a élu comme maire une personne décédée. Je ne parle pas de la ville de Marseille. Non contrairement à ce qu’on pourrait penser, Jean-Claude Gaudin n’est pas mort. Alors attention, je ne dis pas qu’il est vivant non plus. Je ne veux pas faire de contre-information. Disons qu’on le sort régulièrement du formol pour qu’il fasse une déclaration. C’est un peu notre Bouteflika à nous, Jean-Claude Gaudin.

Non je veux parler d’une vraie commune qui s’appelle « Ferrière la petite » dans le Nord qui a élu une personne décédée 5 jours après le dépôt des listes. C’est une vraie info. Et oui. Un macchabée responsable politique et qui, a paraît-il, déjà pris plus de décision en 2 jours que Jean-Marc Ayrault en 2 ans. Remarquez ce n’était pas difficile. Même pour un mort.

Aujourd’hui c’est Jean-Marc Ayrault qui est mort politiquement. C’est la droite qui a gagné. Mais ça on le savait déjà. Car la plus grosse blague de ce premier avril, ça reste quand même de continuer à croire que le parti socialiste est toujours un parti de gauche !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.