Les entreprises LVMH et Ricard fabriquent du gel désinfectant, Mercedes produit des respirateurs et la maison Yves Saint-Laurent confectionne des masques et des blouses.

Médecins et infirmiers savaient qu'on leur devait une fière chandelle mais… pas de la à porter du Yves Saint-Laurent aussi vite... Les blouses Saint-Laurent sont très bien coupées, évidemment. Dommage que les infirmières n'aient pas le temps de poser sur Instagram….

Balenciaga et Gucci fabriquent aussi des masques. Imaginez un peu les réunions de travail : « Alors pour la forme du masque j'ai pensé à la silhouette d'une raie manta dans un bleu Klein mais légèrement asymétrique... » - Mais on s’en fout Giacomo, il faut juste qu’il y ait l’air qui passe, allez, on n’a pas le temps, là !

Le groupe LVMH, lui, produit du gel hydro-alcoolique dans les laboratoires où il fabrique habituellement du parfum… Bientôt quand on ira à l'hosto, on nous demandera si pour nous prendre la température on préfère utiliser un thermomètre Rolex ou plutôt le modèle de chez Dassault. (Le modèle Dassault étant un peu plus douloureux, c'est vrai). Mais quand on voit le nombre de gendarmes escorter les masques fabriqués en Chine, imaginez la valeur d’un masque Balenciaga ! On va manquer de forces de l’ordre quand ils vont lancer le stéthoscope de chez Cartier.

Il faut dire que lors d'une crise financière, le CAC 40 fait profil bas, mais là il s'agit d'une crise sanitaire, donc les grands groupes disent :  « Hey ! Cette fois on n’y est pour rien ! C’est pas nous qui l’avons bouffé, ce pangolin ! Y’a pas de raison qu’on soit punis. Et même qu’on va vous aider. »

Les fabricants d'alcool s'y mettent aussi : Ricard, Smirnoff, Bacardi. Logique : on a vidé les bars pour remplir les hôpitaux. Le jour où on viendra enfin à bout de cette crise, on sera obligés de fêter ça à la San Pellegrino.

L’écurie de Formule 1 chez Mercedes va produire des respirateurs artificiels… je sais pas si on va respirer plus vite, mais j’ai déjà plus confiance en eux qu’en Dyson… une marque d’aspirateurs pour des respirateurs… Je ne sais pas si on va inspirer plus fort, mais soit… La bonne nouvelle, c’est qu’aujourd'hui, le président veut rouvrir des usines françaises... Maintenant on veut produire et consommer français, c’est-à-dire que même notre économie sera confinée : plus question d'aller faire les courses dans les pays étrangers. Les limites du libre-échange commencent là où on s’échange librement le virus. Désormais, c'est pas Jeff Bezos qu'on va recevoir à Versailles, c’est Justin Bridou et Franck Provost.

Toutes les entreprises veulent participer à l’effort de guerre. C'est bon pour leur réputation et si elles veulent rebondir après la crise, ce sera plus pratique avec des clients en vie…

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.