Les menus sans viande dans les cantines sont taxés de « menus idéologiques ». Est-ce justifié ? L’avis d’une restauratrice spécialisée…

Il y a deux ans, j’ai ouvert un restaurant idéologique. Moi, si je me suis lancée dans la restauration, c'est d’abord parce que j'avais des convictions : le combat politique passe aussi par le brocoli. D’ailleurs, si ça ne tenait qu'à moi Top Chef ce serait présenté par Noël Mammère. Car comme je le dis toujours, les chasseurs, ils tirent sur des cyclistes, mais après, quand il s’agit de les cuisiner, y’a plus personne. La dernière fois qu’un journaliste m'a demandé si j'avais un mentor, j'ai dit oui, Marx. Il m'a répondu : « Thierry ? » je lui ai dit « Non, Karl ! »

Pour mon menu idéologique, j’ai inventé le cordon vert. C’est comme un cordon bleu mais avec du tofu et du fromage végétal. Chez moi pas de produits laitiers industriels, pas de lait issu du viol de la vache ! Vous entendez les enfants ? Là, vous êtes en train de prendre votre petit déjeuner et vous avez mis du lait dans vos céréales ? Et pour avoir du lait tout le temps, on lui fait quoi à la vache ? Posez la question à vos parents ! Voilà, là on milite ! D’ailleurs, en cuisine j’ai engagé un chef idéologue. Chez nous, quand on appelle le chef à la fin du repas c'est pour le féliciter sur ses convictions politiques. 

Sa spécialité : le tournedos Rossini… « sans tournedos ». En gros c'est une salade verte, mais on diffuse du Rossini dans le restau pour garder l'esprit. On a nos petites spécialités : La Bouillabaisse retour de l’ISF, Les Antifa-lafels, les spaghettis bobolognaise, les rognons de Polanski bien grillés sur la plancha… et puis, ce classique du menu islamo-gauchiste : le couscous vegan (ça marche très bien chez les universitaires). J'ai aussi un flan vegan en dessert. Comme j'en fais pas souvent, la dernière fois on m'a taxé de racisme anti-flan sur un blog de cuisine identitaire ! Abusé.

Dans mon restau la carte est rédigée en écriture inclusive ET elle est biodégradable. Avant, elle était comestible mais les clients ne mangeaient que la carte, après ils n’avaient plus faim. Et puis on s’est mis aux livraisons 100% éco-responsables ! Pas plus tard qu'hier, j'ai du licencier un livreur qui avait utilisé un ascenseur pour une commande au 5ème étage. J'avais aussi lancé des menus recyclés : on revisite les restes. Et là, bizarrement, ça n'a pas pris. Ca c’est la gauche, ça ! C’est pour le partage mais ça ne laisse pas une miette dans son assiette ! 

On est conscients des enjeux climatiques mais un menu sans viande dans les cantines, ce serait une « Idéologie scandaleuse et élitiste » ? Est-ce que ce ne serait pas un tout petit peu exagéré pour une salade de tomates à la ciboulette ? Et est-ce qu’on peut rappeler aux élus qui font passer les végétariens pour des idéologues qu’un végétarien, le jour des élections, de facto, lui, il ne part pas à la pêche…

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.