J’essaye de suivre François Hollande et ce n’est pas facile. Ce n’est pas tellement qu’il aille vite ; c’est plutôt qu’il nous propose de le suivre, mais il a oublié de nous dire où on va. Et puis, s’arrêter aux feux rouges, c’était bon pour la semaine après l’élection, mais depuis, il a compris que c’était une perte de temps. Je pense donc qu’il essaye de nous semer en route. Par exemple, je ne comprends pas pourquoi le Président n’est toujours pas intervenu dans la dispute entre Cécile Duflot et Manuel Valls sur les Roms. Ca devient ultra violent.

Silence du Président. C’est à croire que François Hollande est parti aux champignons dans les jardins de l’Elysée…

Je lis partout qu’il manquerait d’autorité, parce qu’il est plutôt dans le registre du médiateur. Et je le crois volontiers : il a réussi à jeter dans les bras l’un de l’autre Jean-Louis Borloo et François Bayrou. Les BB Brunes du centre, qui adressent un message on ne peut plus clair au Président : « Je te plaque comme une affiche au mur » (oui c’est Bayrou qui a écrit les paroles. Au départ, il avait écrit « Je te plaque comme une affiche au milieu du mur », mais Jean-Louis, son co-auteur, a corrigé).

Enfin, si Bayrou s’est rapproché de Borloo, sur une plage abandonnée du centre-droit, c’est grâce à François Hollande. Et voilà que les centristes entament une lune de miel. Comme quoi, Hollande, c’est de la Soupline. En plus, il préfère toujours trouver le juste milieu plutôt que de risquer une rupture. Mais là, réconcilier Cécile Duflot et Manuel Valls, c’est aussi improbable que d’imaginer un duo entre Doc Gynéco et Bernard Tapie.

Bref, François Hollande, c’est l’adoucissant de la vie politique, et donc il pourrait empêcher que le linge sale du gouvernement ne soit lavé en public. Surtout qu’en voulant mélanger le Vert et les couleurs, on sait à quoi on s’expose. Oui, je réfléchis beaucoup à la politique française en faisant ma lessive, c’est un moment propice. La preuve, d’un coup tout s’éclaire : François Hollande… mais bien sûr qu’il sait où il va ! C’est juste qu’il n’ose pas nous le dire !

Et ça, les Français n’aiment pas. Ils préfèrent encore qu’on leur raconte des histoires (si c’est bien raconté…). Seulement, le président ne sait PAS raconter les histoires. Enfin, en réalité, on n’en sait rien… puisqu’on s’endort avant.

Alors, il fait davantage dans la pédagogie. Mais pour ça, il vaudrait mieux qu’il se fasse coacher par François Lenglet que par Claude Sérillon, ce serait nettement plus clair.

Oui, c’est mauvais, François. Alors là, merci bien, ça fiche en l’air toute ma démonstration ! On essaye d’être un peu sérieux dans cette chronique, et lui il vient avec sa blague.

Bon, François Hollande ne pas tout trancher, partout. On ne va pas lui demander de choisir entre le Bordeaux et le Bourgogne. On ne va pas lui demander de choisir entre aller chez Casto ou chez Brico (sauf s’il achète ses outils le dimanche).

Moi, j’ai envie de terminer sur une note positive. François Hollande montre peut-être un déficit d’autorité, mais ça laisse de la place aux ministres pour s’exprimer. Et je vous assure que c’est très efficace. La preuve sur les Roms, ce week-end, on a même fini par entendre Benoît Hamon !

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.