Charline est en direct du bar situé en bas de chez elle. Il a rouvert il y a à peine une heure !

Ouiiii Nicolas ! Ici il n'est même pas 8h et c'est déjà la cohue. La terrasse est remplie, puisque les 5 tables de 2 personnes sont occupées. Déjà 10 clients, on sent que la reprise économique est au rendez-vous ! Ici, c’est donc à la fois la joie et le soulagement. Et là, je m'approche de Roger, un client. Roger qui ne boude pas son plaisir puisqu'il en est déjà à son troisième Ricard ! Alors Roger, on fête le déconfinement ?

Ah non, non pas du tout. J'essaie plutôt d'oublier mon licenciement, je bossais chez Renault, je fais partie des 4.600 licenciés.

Oulalaa ! Bon ben on va laisser Roger tranquille, j'ai l'impression qu'il essaie de nous gâcher la fête ! Alors qu’un peu plus loin, Monique est installée devant une orange pressée, elle me confiait qu’elle était venue très tôt pour être sûre d’avoir une table à 19h pour un apéro entre copines… Vous voyez, c’est l’enthousiasme. Et donc je vais aller voir Michel, le gérant… Alors Michel, heureux ?

Bah oui, oui, on est très contents puisque... Ambiance alarme Mince ! On a un code rouge, excusez moi...

C'est quoi un code rouge ?

C'est le système de sécurité du bistro, il indique qu'un client est sorti de toilettes sans se laver les mains ! Mais ne vous inquiétez pas. La situation est sous contrôle. Le système est directement relié au commissariat, la police devrait arriver d'ici 5 minutes.

Merci Michel. Quel plaisir, Nicolas, de pouvoir enfin s’attabler dehors, sur l’espace livraison… J'ai l'impression que le serveur va m'apporter mon café en Kangoo !

Ambiance Freinage

Aaaaaaah ! Oulala, c’est le camion du brasseur, Nicolas, il vient de s’arrêter à deux centimètres de mon croissant ! 

Ambiance Klaxon

Et… apparemment le camion bloque toute la rue. Il faut dire que comme la terrasse occupe l’espace livraison, il est obligé de se mettre en double file… Oulalala c’est le bordel ! Les esprits s'échauffent déjà, Nicolas ! On sent que tout revient à la normale. Paris, redevient Paris !

D’ailleurs, Michel, le gérant, me racontait qu’il avait un petit incident à déplorer : il a déjà un serveur en ITT… Il est s’est fait renverser par une trottinette en allant servir la table installée sur le rond-point en face… Car bien sûr, tout cela a un coût… On paie un petit supplément pour couvrir les frais liés à toutes ces nouvelles installations. Le café en terrasse est désormais à 9 euros. Il n’en coûtait que 7 il y a trois mois. Ecoutez, on savoure aussi l’espace tout autour ! Eh, à Paris, y’a plus que le café qui est serré ! (Remontée bruits de la rue et klaxons)

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.