[Humour] Aujourd’hui, dans « Affaire sensible »… L’affaire du double assassinat de François Fillon et de l’élection présidentielle…

(Une affaire exceptionnelle, car juste après avoir été assassinée, la victime trouve la force de faire campagne pour être élu… président de la République…

Nous sommes le 1er mars 2017… La France est en pleine guerre civile, déclenchée par le gouvernement. Le matin même, Laurent Wauquiez déclare l’état de cataclysme si François Fillon est empêché de se présenter : « Ce serait alors… l’apocalypse »…

Le 1er mars, c’est le mercredi des cendres… Il est 8 heures quand François Fillon s’apprête à se rendre au Salon de l’Agriculture, quand soudain… Christine Boutin l’interpelle sur Twitter par cette supplique… « N’y va pas ! C’est le début du carême, le jeûne est de rigueur » Chrichri, qui lui dit si souvent : « Dis-donc, François, faudra qu’on jeûne un de ces quatre ! » (Elle est rigolote)

Mais vers 8 heures 30, celui qui reste malgré tout candidat annonce la tenue d’une conférence de presse prévue à midi précise… Il est déjà 12h27 et voilà 27 minutes que Ruth Elkrieff est en mode monsieur meuble sur BFM TV, avec différentes hypothèses soufflées par ses informateurs : Paco Rabanne et Elisabeth Tessier… Ruth est fébrile, elle en est à son troisième Xanax…

Car ce jour-là, vers midi 27, le suspens est insoutenable… (Fillon, c’est le maître du suspens, Hitchkock à côté, c’est Gérard Larcher !)

Bravant l’hostilité des micros tendus comme une forêt de herses, le candidat fait face à l’abominable calomnie… Fort heureusement, l’assassin est immédiatement identifié… Il s’agit d’un terrible acharnement judiciaire… avec la complicité de la presse, des médias, et de tous les journalistes…

Fabrice, rappelle-nous c’est quoi ton métier ?

Euh… j’suis acteur, j’ai rien à voir avec tout ce bordel…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.