La rentrée, c’est la semaine de tous les dangers. Déjà, depuis hier, le sommet de l’Etat est en alerte…

ValérieTrierweiler a lancé un nouveau compte Twitter ! Ca s’appelle infoValtrier, et c’est (je cite) « Le compte officiel du bureau de la Première dame de France ».

Ouf. C’est le compte du « bureau » de Valérie Trierweiler. Ce qui veut dire que si par malheur, c’est elle qui écrit le Tweet, ils seront douze conseillers réunis en cellule de crise pour désigner un comité d’édition qui validera le message.

moins de 50% des communes mettront en oeuvre la réforme des rythmes scolaires en 2013
moins de 50% des communes mettront en oeuvre la réforme des rythmes scolaires en 2013 © reuters

Comme un malheur n’arrive jamais seul, j’ai un autre motif d’inquiétude ce matin. D’après ce que je lis dans la presse, on file tout droit vers la catastrophe avec les nouveaux rythmes scolaires. La semaine de 4 jours et demi c’est peut-être bon pour les voisins européens, mais ici, on est en France. C’est donc une petite révolution qui ne va pas se passer sans douleurs.

Pardon mais ça faisait 5 ans que Myrtille avait son cours de flûte traversière le mercredi matin. Et à partir de demain, la flûte, on l’a dans le baba.

J’entends ce genre d’argument, mais dans cette chronique nous sommes là pour positiver. Et je m’aperçois qu’il existe une solution simple : il suffit de déménager. Il existe déjà 28 écoles qui ont choisi de caler la demi-journée de cours le samedi matin. Alors vous allez me dire : oui mais Virgile avait son cours d’escrime le samedi matin. Et bien, il existe aussi une solution : le divorce. Ca permet de répartir la famille en fonction des rythmes scolaires et des activités. Parce que ce qui ne saute pas aux yeux, c’est l’incroyable souplesse et la diversité des activités proposées pour occuper les écoliers quand l’école se termine plus tôt.

Alors, déjà, il y a ceux qui vont quitter les cours à 15h et ceux qui vont avoir deux heures et quart de temps de midi.

C’est là qu’on voit qu’ils ont bossé à l’Education nationale. Plutôt que d’imposer bêtement le même rythme à toute la France, on crée des tas de particularités, ça prouve que dans les bureaux il y a des gens qui ont réfléchi.

Vincent Peillon avait dit : « Bientôt, les enfants pourront jouer de la guitare sur un poney en regardant les oiseaux et en découvrant la nature. » Cette promesse, si le ministre de l’Education ne l’avait pas tenue, je pense qu’on aurait été compréhensifs….

Mais non, il y est arrivé.

- Tout ça c’est très poétique, mais ’il y a une mise en pratique. Des exemples ?

A Tercis-les-Bains, dans les Landes, si le petit Virgile loupe ses cours d’escrime à cause des nouveaux horaires, sachez que l’école lui propose des cours de rugby, ou du modélisme. A Feyzin (dans le Rhône), la petite Myrtille peut ranger sa flûte, car on lui propose de faire du poney. Et si elle insiste, elle pourra toujours jouer de la flûte sur le poney, ça sera raccord avec le cahier des charges de Vincent Peillon.

En revanche, si vous habitez L’Ile-Saint-Denis, il est encore temps de déménager. Parce que la mairie ne s’est pas trop foulée et les enfants n’auront droit qu’à une vague « activité goûter. »

Enfin, à Paris, il manque de personnel formé au macramé ou au poney. Certaines écoles vont devoir demander aux agents de nettoyage d’encadrer les activités périscolaires. Les locaux seront moins propres, mais les gamins vont pouvoir ramener des colliers de nouilles toute l’année.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.