Cette matinée étant particulière pour nos auditeurs, Charline s'emploie à les rassurer…

Parents ! Enfants ! Profs ! (Et enfants de profs, car pour eux ce matin, c’est la double peine), si vous êtes angoissés aujourd'hui, dites-vous que ça pourrait être pire : vous pourriez être ministre de l’Education nationale. On pense à lui aussi : bonne rentrée à toi, Jean-Mimi !

Lui qui en cette journée doit être sur tous les fronts : il doit faire face aux attaques sur sa réforme, répondre aux inquiétudes des enseignants, et convaincre l’opinion que non, le programme de cette année ne prévoit pas l’apprentissage de la sodomie aux élèves de maternelle. Pauvre Jean-Mi, c’était pas la peine de devenir ministre si c’est pour connaître un quotidien aussi stressant que celui d'un prof !

A présent je m’adresse aux élèves. Si vous êtes tendus ce matin, dites-vous que ça fait partie de l'apprentissage : il est important d’arriver à contrôler son stress pour être fins prêts le jour où vous devrez affronter votre première inscription sur Parcoursup. Car si l'entrée dans la vie scolaire est angoissante, dites-vous qu’en sortir, c’est pire. Parce que tu perds Jean-Michel Blanquer, mais tu gagnes Muriel Pénicaut ! Et crois-moi, quand tu vois Mumu, tu regrettes Jean-Mi.

Que la rentrée angoisse tout le monde, c’est normal. Enfin, tout le monde… à part les journalistes. Eux ils sont détendus, ils ressortent chaque année le même reportage sur les fournitures scolaires, ce qui leur permet de prolonger les vacances… On les connaît vos techniques !

Si, c’est chaque année le même sujet : « Les enfants vont retrouver leurs copains, les parents vont retrouver leur tranquillité et les enseignants vont retrouver leur détresse. » Heureusement, Jean-Michel Blanquer a promis d’augmenter les professeurs de 300 euros. Par AN : 25 balles de plus par mois. C'est pas rien, 25 euros, avec ça on arrive à se payer deux boîtes d'antidépresseurs.

Cette matinée a aussi ceci de particulier que les enfants doivent se séparer des trois choses qu'ils aiment le plus au monde : leur papa, leur maman et leur téléphone portable… Une loi a été votée pour l’interdire à l’école. Loi difficilement applicable, puisqu'avec plus de 30 élèves par classe : où est-ce qu’on range les casiers ? Aussi, les ados ne voudront jamais lâcher leur smartphone : « Ah ouais ? Et comment je fais, moi, pour fact-checker les informations du prof ? Interdisez plutôt les compas ou les rapporteurs, ça on s'en fout on les utilise jamais ! »

Autant de questions qui se posent en cette rentrée, dont l’horizon s’appelle le bac. Il est donc temps de vous souhaiter une belle année scolaire sous l’égide de l’Education nationale, bref, bon formatage à tous !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.