Comme vous, je suis fascinée par autant de succès concentré dans une seule classe ! A mon avis, à ce moment-là, dans l'astrologie chinoise, c'était l’année du requin...

La promotion Senghor de l’ENA, ce n’est pas l’élite. C’est l’élite de l’élite. C’est le Real Madrid de l’administration. Je peux vous dire que dans une promo pareille, les fainéants et les cyniques ça dégage direct !

Après, quand tu vois comment la France Macron traite les chômeurs et les réfugiés… Je ne sais pas si Senghor serait très fier d’être impliqué. Je pense que « promotion Jacques Attali » est plus cohérent, mais c’est un détail…

Parce que quand tu montres la photo de classe, que t'as la numéro 2 de BPCE (2è groupe bancaire de France), le numéro 2 de la SNCF, des conseillers ministériels, un président de la République... On en a plein les mirettes. Mais si cette promo a piqué tous les postes à responsabilité en France, je ne vois plus du tout l'intérêt de faire l'ENA. Je dis aux étudiants : ne vous fatiguez pas, les types ont à peine 40 ans, il va falloir attendre vingt ans avant qu'ils lâchent l'affaire.

Et puis attention, la promo Senghor a chassé la promo Voltaire (Hollande, Sapin et Villepin)

Dans ce milieu il faut être rapide au jeu des chaises musicales. Y’a aucun respect pour les aînés : c’est une catégorie de population qui a des problèmes avec l'autorité, jusqu'à ce qu'elle s'en empare...

Dans cette fameuse promo Macron, il a aussi la favorite pour la présidence de Radio France. On l’embrasse : Sybile Veil… (Je me sacrifie pour le dire…) 

C’est maintenant que je me rends compte que j’avais aucune chance à la présidence de Radio France… Et pourtant j’ai le même âge ! J’ai 40 ans ! 

J’aurais pu en être ! Mais j’ai fait Sciences Po à Bruxelles… L’année où Macron baptisait sa promo Léopold Sedar Senghor, moi je sortais de la promo Wilfried Vandeputte (poète bruxellois)… ça claque moins… De toute façon comment prétendre à un poste-clé, moi qui passe mon temps à chercher les miennes ? (oui j’en suis là, moi, à faire des blagues)

Et puis moi j’ai pas pensé à créer mon réseau

Aujourd’hui je serais à tu et à toi avec le patron des frites surgelées CroustiBelga… Le réseau c’est important. C'est rassurant de savoir qu'ils se connaissent tous : quand on sait que le directeur adjoint de la SNCF se torchait la gueule au karaoké avec Macron il y a 15 ans, on se dit que ça va faciliter les négociations pour les cheminots ! Hein ? Vous pensez pas ? Bon… Pour terminer, Macron cite souvent Victor Hugo : «Quarante ans, c’est la vieillesse de la jeunesse» Mais moi je m’en tape, tant que j’ai encore assez d’énergie pour aller gueuler dans les manifs !

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.