un vote sur internet pour choisir les prochaines personnalités qui rentreront au panthéon
un vote sur internet pour choisir les prochaines personnalités qui rentreront au panthéon © reuters

Pour travailler sa stature de chef d’Etat, François Hollande tient une carte maîtresse : faire entrer un personnage au Panthéon. En clair, en fois de plus… il va placer quelqu’un. MAIS dans un esprit de grande communion nationale. Le Panthéon, ça a beau être le temple de la République, y entrer, ça reste une sorte de canonisation.

C’est un geste fort. Pour vous faire une idée, faire traverser la rue à un aveugle, c’est juste une bonne action. Offrir un verre d’eau à un vieux en période de canicule, c’est du sens civique. Mais accompagner de vieux os au Panthéon, là on est dans le grandiose.

Bon, ça coûte tout de même bonbon : un million d’euros… ce qui nous met le gramme de cendres bien au-dessus du gramme de coke. Mais c’est grandiose. C’est un moment d’unité nationale.

Ensuite, panthéoniser quelqu’un, ça permet au chef de l’Etat d’indiquer à la nation la direction de sa politique. A titre d’exemple… Giscard n’a fait entrer personne. Et puis, les cimetières, ça donne le vertige pour le casting. Alors François Hollande, l’homme de la synthèse a fait un choix à son image : celui d’un grand consensus national autour d’une consultation populaire. Elle vient de s’achever et un rapport sera remis mercredi prochain à l’Elysée. Mais le Président ne doit pas se gaufrer, c’est délicat…

Il faut un personnage qui parle au Français moyen, voire à la ménagère de moins de 50 ans (et là, c’est embêtant, parce que Michel Drucker est toujours vivant…).

Il pourrait s’agir d’une femme, mais alors de race blanche (déjà que c’est une femme…) Donc blanche, mais pas trop quand même : des aïeux exotiques, c’est un atout. Une femme de taille moyenne (enfin, pour ce qu’il en reste, c’est moins essentiel). Catholique mais pas pratiquante ; une femme de lettres, mais qui soit artiste ; rebelle, mais pas trop anarchiste. Un doux mélange de sœur Emmanuelle, Louise Michel et Mamie Nova, en quelque sorte.

Entre Georges Sand, Olympe de Gouges ou Simone de Beauvoir, ça semble assez compliqué.

Alors, pour faire dans la modernité, François Hollande pourrait faire preuve d’audace, et il pourrait faire entrer au Panthéon… UN COUPLE GAY ! Ce serait tellement emblématique de son quinquennat !

Alors j’ai pensé à Verlaine et Rimbaud… Classique mais un peu trop sulfureux. Jean Cocteau et Jean Marais ? Plus branché. Tiens, et pourquoi pas Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé ?

- Sauf que Pierre Bergé n'est pas mort !

C’est pas grave on n’est pas pressé, je souhaite longue vie à Pierre Bergé, mais on peut commencer par faire entrer Yves Saint-Laurent… Parce que si ce n’est pas une femme qui entre au Panthéon… ce sera le seul moyen de calmer Valérie Trierweiler. Je l’ai vue, elle était l’autre jour au premier rang du défilé Saint-Laurent, à la fashion week.

Un couple gay, c’est une bonne idée : c’est le « Panthéon pour tous ! » Il y a juste un bémol à ce tableau idyllique. Je vois d’ici les manifestations. Quoique… depuis que les manifestants anti-mariage gay se sont mués en veilleurs, faire un sit in avec des bougies sur le parvis du Panthéon, ça se fond dans le décor.

Non, le seul risque c’est qu’ils réclament l’entrée de Frigide Barjot au Panthéon et dans le fond, comme ça, elle aura enfin un logement de la ville de Paris occupé légalement !

Voilà, maintenant, François Hollande n’a plus qu’à choisir. Et si les féministes obtiennent gain de cause, ce sera bien aussi… Il y a juste un nouveau un dossier sensible qui se profile à l’horizon : c’est qu’en vertu de la nouvelle loi sur l’égalité femme-homme, il va falloir rebaptiser la place des Grands femmes - hommes.

Et après les féministes, on va avoir les linguistes sur le dos.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.