Christophe Castaner est le porte-parole du gouvernement, et omniprésent dans les médias. A quoi ressemble l’une de ses journées ?

6h30 : Christophe est réveillé… par lui-même. La radio s’enclenche avec la rediffusion de son interview de la veille. Sa femme, dans un demi-sommeil, se demande pourquoi au lieu de lui proposer un café, il lui propose une augmentation de la CSG.

7h00 : Castaner consulte son planning. La journée démarre à 8h chez Jean-Jacques Bourdin (pour expliquer l’exonération de taxe sur les yachts) et elle s’achèvera à 20h sur France Info (pour expliquer qu’il renonce à l’exonération de la taxe sur les yachts… mais à ce stade, il ne le sait pas encore…) Car déjà, il ignore comment être à la fois 16h sur le plateau de CNews et à 16h02 au micro de Sud Radio… y’a une couille dans le planning.

7h40 : Il saute dans un Uber, le chauffeur le salue : « Bonjour monsieur le Premier Ministre ! » Castaner explique que non, que le Premier Ministre c’est celui qui ressemble à Cédric Villani, mais avec les cheveux courts.

7h55 : il arrive à RMC, où il croise Raquel Garrido, qui vient d'enregistrer une émission.

7h57 : TING ! SMS de Gérard Collomb, « N'oublie pas de dire chez Bourdin que le glyphosate, c'est terminé ! » Etrange…

9h : L'interview s'est bien passée… TING ! Un message de Macron : « Mais bordel qu'est-ce que t'as foutu avec le glyphosate ? » Réponse : « Mais c’est Gérard qui m’avait dit de le dire ! ». Y’a eu une couille dans le briefing.

10h. Castaner arrive à LCI. Il croise Raquel Garrido, qui vient d'enregistrer une émission. Dans la loge, il parcourt le journal et tombe sur cette déclaration de Gérard Collomb : « J’ai une relation FUSIONNELLE avec Macron ». Ecoeuré, Christophe appelle « Le Parisien » pour dire que lui, il a une relation « de dimension amoureuse » avec Macron. 11h02. L’info est relayée dans « Closer ». Et il comprend. Gérard, le glyphosate, c’était pour l’éloigner du président.

12h45. Castaner arrive à TF1. Il croise Raquel Garrido qui sort de l'enregistrement d'une émission.

13h : L'interview avec Jean-Pierre Pernault s'est bien passée, il a parlé fourniture scolaires artisanales et festival de la pantoufle à Brive La Gaillarde. C’est déjà l’heure du déjeuner, avec deux journalistes. Car être « En Marche », c'est pouvoir donner une interview à « L’Express » et en même temps répondre aux questions de « Paris Match ».

Christophe commande une entrecôte saignante, mais lorsque le serveur lui apporte il se plaint qu’elle n'est pas assez cuite. Le serveur lui fait remarquer qu'il la voulait saignante. Alors Castaner s'excuse, c'est à cause de son nouveau job, là, il ne sait plus ce qu'il dit. En une journée il a enregistré plus d'émissions que Francis Huster quand il est en promo.

17h : Christophe rentre à son Ministère des Relations avec le Parlement. Il doit montrer son badge au vigile du parking. C'est le seul endroit où les gens ne le reconnaissent pas. Faut dire qu'il est pas là souvent.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.