Les huîtres
Les huîtres © Radio France / JulinD2h35

Les sarkozystes n’oseront pas se l’avouer, mais ils s’inspirent régulièrement des socialistes. Les primaires pour 2017, c’est l’exemple le plus criant. Les querelles d’ego, l’érection de chapelles, et, plus subtil, jusqu’à hier, l’excuse bidon.

Oui, les amis de Sarkozy se sont réunis à Arcachon, très inspirés par l’exemple du PS à La Rochelle : deux sites rêvés pour faire le coup de l’huître pas fraîche.

J’ai déjà eu l’occasion de vous exposer cette technique de pointe en matière de communication politique. Elle n’est pas sans conséquences. A Arcachon, le milieu ostréicole est en crise : le nombre d’absents chez les amis de Sarkozy laisse entendre qu’une bactérie a ruiné tous les cageots : et elle a décimé une partie de la droite par la même occasion.

La liste des victimes d’une mauvaise huître est longue : Fillon, Baroin, Wauquiez, NKM, et j’en passe et des plus pâles. En revanche, les ostréiculteurs de La Rochelle se frottent les mains. Cette année, aucun absent remarqué au PS, ça fait une pub d’enfer pour les marennes Oléron.

- Il y avait tout de même quelques figures du sarkozysme, ils ont d’ailleurs rassemblé plus de 2.000 militants.

Oui, mais ceux qui ont survécu à l’épidémie présentent tout de même de légers symptômes délirants. Ce qui n’est pas tellement gênant, puisque nombreux sont les poètes qui ont rédigé leurs plus beaux écrits sous l’emprise de substances.

Brice Hortefeux est un garçon tellement sain qu’une simple bouffée d’iode suffit à le faire planer. Je le cite : « Nicolas Sarkozy observe notre rencontre comme une manifestation d’affection » (Là, je me permets une parenthèse : Nicolas Sarkozy est toujours vivant… C’est juste qu’il n’était pas présent à Arcachon… En fait, il n’est présent nulle part. Et plus il est absent, plus il est populaire. C’est le syndrome Jean-Jacques Goldman.)

Donc, Brice Hortefeux dresse le portrait de Sarkozy, je le cite : « l’autorité, l’expérience, la compétence et cette alchimie rare du charisme, mélange de force et de séduction, oui, ça manque à la France »…

Oh oui, Nicolas, comme en 2012… Comme ce jour où tu as pris mes 17 ans de politique… Oula, je m’emballe ! Mais c’est émouvant. Je regrette juste que les médias aient assez peu couvert l’évènement. Même pas une petite séquence Nadine Morano à se mettre sous la dent. On a connu un peu plus de ferveur, rappelez-vous…

Voilà un peu d’entrain, et puis un message clair, net, sans équivoque. Alors que les élus restés à Paris planchent sur la Syrie, les amis de Nicolas Sarkozy débattent sur le droit d’inventaire. Hier, Alain Juppé est venu rappeler la réalité, mais comme le titre Le Figaro , l’UMP peine à clarifier sa position sur la Syrie. Sarkozy, lui, est farouchement pour. Il n’est toujours pas là mais enfin, puisqu’on vous dit qu’il est pour !

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.