Le journal « Les Echos » a renoncé à publier une interview de la ministre des Transports, Elisabeth Borne, car Matignon ne s’est pas contenté de la relire… et l’a réécrite…Ben v’la « Les Echos » qui se rebellent maintenant ! le journal libéral de Bernard Arnault en plus ! On n’est jamais mieux trahis que par les siens.

A Matignon on ne comprend pas ce qui s’est passé

Pourtant on leur avait bien envoyé le texte rédigé par les services du Premier ministre. Et eux ils ne le publient pas ! C’est agaçant ces journalistes incapables de reproduire les éléments de langage du gouvernement… Oh ça vaaa… c’est un peu comme du Photoshop pour enlever un ptit bourrelet par ci, une petite ride par là… Vous êtes tellement « ancien monde » vous les journalistes, là… Attendez on est là pour transformer la France alors on peut bien transformer une interview quand même ! Après tout, si les gens veulent quelque chose de spontané, ils peuvent toujours se repasser l'interview de Macron par Laurent Delahousse, là c'est du brut de décoffrage !

Elisabeth Borne c’est peut-être une experte, mais en comm’ c’est une truffe

Alors oui on est obligés de repasser derrière Babeth et de la corriger comme une gamine de CM2. On n’est pas obligés de faire confiance à la Ministre des Transports pour véhiculer les idées du gouvernement… sortez des vieux schémas un peu !

Vous croyez que Gérard Collomb il pense vraiment tout ce qu’il dit ? Ben non, on est obligés de repasser derrière aussi… sinon pépère il est trop mou. Y’a que Cédric Villani auquel on ne touche à rien. Lui c’est pratique, personne pige rien à ce qu’il raconte. Si ça se trouve il dit un paquet de conneries on s’en rend pas compte. En revanche, la dernière fois que Nicolas Hulot a donné une interview, elle a été retravaillée par Matignon. Mais avec lui c’est pas compliqué, dès qu’il prononce les mots « espèce menacée », il suffit de les remplacer par « centrale nucléaire » dans le texte.

C’est la principale activité en Conseil des Ministres

Edouard Philippe rend les copies en faisant des commentaires : « Alors on commence avec l'interview de Bruno Lemaire pour le Nouvel Obs, c'est pas mal, sois vigilant sur les accords du participe passé... Ah, Elisabeth Borne au sujet des cheminots pour les Echos... Bah alors Babeth ! Tu nous as fait quoi là ?! Avec Macron on a passé le week-end entier à rafistoler ton interview !! On a été obligé d'annuler le brunch chez Pierre Gattaz. Fais gaffe Babeth, tu sais qu'on compte sur toi en ce moment »

Eh oui le Président repasse derrière aussi, le soir, avec Brigitte, elle aime ça, ça lui rappelle des souvenirs… : « Tiens regarde, chouchou, là, y’a Babeth qui elle a répondu « Absolument pas », si je mets « Que neni » à la place, t'en penses quoi ? »

Eh voilà comment ça se passe. Maintenant qu’on est au courant, est-ce que ça vous fait pas un peu marrer que le gouvernement prépare une loi sur les fake news ?

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.