On retrouve Marie-Agathe, parisienne confinée dans sa résidence secondaire à La Baule, et que la perspective du 11 mai angoisse…

Mise à jour : La Baule se trouve en Loire-Atlantique et non en Vendée bien sûr 

C’est trop tôt, Nico ! J’ai pas eu le temps de faire tout ce que j’avais prévu. J'avais de grandes ambitions culturelles pour ce confinement, je m’étais promis de lire les « Misérables » et résultat, j'ai même pas fini de lire le « Femme Actuelle » de février. Le 11 mai c’est dans une semaine ! Je venais juste de réussir à installer Zoom pour démarrer un cours de pilates en visio ! Je ne suis pas prête à sortir…

J’ai le blues du déconfinement, Nico. Je me suis habituée à cette période qui aura complètement changé ma personnalité. J'ai découvert un tas de choses : le nettoyage, par exemple. Consuela, ma femme de ménage, elle n’a pas pu nous accompagner en Vendée. J’ai mis trois semaines à trouver où elle rangeait les produits d’entretien mais depuis, je trouve ça fascinant, le ménage. Ecoutez : y'a de la poussière. Hop, un coup de chiffon et y'en a plus ! C'est magique ! Et ce truc qui roule et avec un manche et puis un tube et qui aspire les miettes…

L’aspirateur ?

L'aspirateur ! Je vois que vous êtes un homme d’intérieur Nicolas !

Mais le 11 mai, je serai déconfite. Cette période a ressoudé l'esprit de famille chez nous : nous nous sommes rapprochés de nos enfants et nos enfants se sont rapprochés de la tablette, bref, tout le monde s’est reconnecté à quelque chose ! Même mon mari, Stanislas… il est devenu beaucoup moins matérialiste. Il utilise ses anciens clubs de golf comme tuteurs pour faire pousser de la marie-jeanne dans le jardin.

J’angoisse de rentrer à Paris. Il va falloir tout faire pour que nos voisins pensent que nous n'avons pas bougé, sinon on va se faire lyncher au retour ! NON MARIE-CAMILLE TU NE VAS PAS DANS LE JARDIN ! Et dis à ton père de rentrer aussi ! Oui pardon, je leur ai interdit d'aller dehors, il faut absolument qu'ils perdent leur bronzage d'ici une semaine. Je leur fais un régime sans carotte en ce moment. Sans compter que pour passer inaperçus en Vendée, Stan a foutu des autocollants 44 au cul de la bagnole : il ne faudra pas oublier de les enlever quand on va remonter ! Ahlala c'est toute une organisation ce déconfinement !

J'ai l'angoisse de la reprise ! Dieu merci je n’ai plus pris le métro depuis 75, mais vérifier à chaque trajet que mon chauffeur s'est bien lavé les mains avant de prendre le volant, ça va être pénible ! Et puis même retrouver mes activités, ça m'angoisse. Sur mon planning je n'ai que des rendez-vous dangereux : esthéticienne, massage, hammam... Je réalise maintenant à quel point ma vie est intrépide. Je crois que je ne remonterai pas Nico ! Je ne vais pas rentrer avant l’ouverture des plages, c’est la lose ! Et puis j’étais venue à La Baule pour me mettre au vert… c’est pas pour me retrouver en zone rouge !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.