Un portique de contrôle de l'écotaxe qui s'est effondré, à Lanrodec
Un portique de contrôle de l'écotaxe qui s'est effondré, à Lanrodec © ©PHOTOPQR/OUEST FRANCE / ©PHOTOPQR/OUEST FRANCE

« The show must go on… » Le week-end de la Toussaint est dernière nous, et il a été très agité socialement. Mais avant toute chose, je voudrais réparer un oubli. Parce que le lendemain de la Toussaint, le samedi 2 novembre, c’était la fête des électeurs de Jean Tibéri. Bonne fête aux électeurs du Vème arrondissement de Paris, et n’oubliez pas de vous inscrire sur les listes pour 2014, on vous a glissé un formulaire dans le caveau.

Ceci dit, samedi c’était aussi un jour de manifestation en Bretagne. Et j’ai senti poindre la crainte d’une banalisation des manifs, parce que l’organisation me semble de plus en plus complexe. On va faire le point pour tenter d’y voir clair.

Alors, il y avait une manifestation à Quimper, et une autre à Carhaix. La première, à Quimper, n’était pas celle des salariés, mais il y avait Philippe Poutou. L’autre, à Carhaix, était bien celle pour l’emploi, mais pas celle du maire de Carhaix, puisqu’il était à Quimper.

Alors, à Carhaix, tout s’est relativement bien passé, mais dans le fond, on n’est pas très au courant parce qu’elle a été moins couverte par les médias. C’est de leur faute, ils n’avaient qu’à faire comme à Quimper, qui avait organisé des activités, comme le lancer de chrysanthèmes, pour égayer la Toussaint.

A Quimper, il y a eu des échauffourées… La police à rencontré quelques difficultés, surtout au moment des plaintes :

  • « Et quel était le signalement de l’individu qui a lancé un pot de fleur sur votre pare-brise ? »

  • Il portait un bonnet rouge…

Riche idée, le bonnet rouge, tout le monde se ressemble, moins de risque d’être identifié. J’en connais qui regrettent de ne pas avoir eu la même idée : les employées de chez Lejaby, par exemple, même si ça implique de défiler par paire.

Tiens, j’en profite pour faire une parenthèse, à propos du ministre de l’Agriculture qu’on avait jusqu’ici pas beaucoup entendu sur l’agroalimentaire breton. Il paraît que quand la presse parle des femmes politiques, elle s’appesantit volontiers sur les tenues vestimentaires ou les coiffures. Et c’est vrai, on ne parle pas assez du bonnet qui est porté en permanence par Stéphane Le Foll… L’homme auquel il n’est pas suffisant de mettre des bigoudis, pour lui, il faut carrément mettre… une bigoudaine.

Outre ces considérations capillaires, Stéphane Le Foll a été jugé un peu trop silencieux .

S’il tire sa force de ses cheveux, c’est Samson. Avec tout ça, le dernier portique écotaxe qui subsiste près de Lorient est gardé jour et nuit par des CRS. On vient désormais le visiter, tel l’un des derniers vestiges gallo-romains.

A Marseille, on se félicite que la Bretagne et ses bonnets rouges attirent désormais toute l’attention. La sénatrice Samia Ghali aurait même déclaré « Si ça ne tenait qu’à moi, j’aurais envoyé des casques bleus. »

Et pour terminer, je voudrais attirer votre attention sur le fait que les manifs contre l’écotaxe on fait fuir un poids lourd du gouvernement…

Et qui plus est un Breton, Jean-Yves Le Drian, en voyage officiel en Amérique latine. Ils s’y connaissent aussi en révolution là-bas…

A-t-on vérifié qu’il n’est pas allé rencontrer le président bolivien, Evo Morales ? Parce que je vous signale que là bas aussi, ils manifestent avec des bonnets.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.