les menaces d'assad renforcent la détermination de la france, dit françois hollande
les menaces d'assad renforcent la détermination de la france, dit françois hollande © reuters

C’est le moment de soutenir le chef de l’Etat. Ce n’est pas en le traitant de gros tout mou qu’on va avancer, même s’il est tout boudiné dans son treillis. On est toujours dans la Vème République, que diable : c’est le chef des armées.

Je sais, c’est difficile d’imaginer que dans cette Vème République, on soit passés du Général de Gaulle à François Hollande. Mais hauts les cœurs, vous allez voir qu’il en a sous le capot !

Déjà, avec le Mali, il s’est pris de passion pour la stratégie militaire, il paraît qu’il a dormi deux mois en tenue camouflage. Et ça s’est senti, rappelez-vous…

Ca l’a beaucoup inspiré pour la politique intérieure, il a réuni son état-major et il est passé à l’attaque dans un autre domaine…

Rien d’étonnant, dès lors, à ce que le Président veuille « punir » le régime syrien. Et si ça continue, François Hollande va même finir par décider lui-même du programme télé et du menu le soir. Valérie la ramène moins en ce moment.

Le chef de l’Etat a besoin du soutien de l’opinion. Offrons-lui notre confiance. Il peut créer une dynamique : il travaille à rassembler une coalition internationale pour pouvoir intervenir en Syrie. Après tout, il a bien réussi à créer un gouvernement de coalition rien qu’avec des gens de gauche. Et déjà lorsqu’il était Premier secrétaire du PS, il était à la tête d’une coalition de socialistes. « Rassembler », ça le connaît.

Il lui reste donc à redevenir l’homme de la synthèse lors du prochain G20.

De l’autorité, il en a. C’est lui qui a viré Delphine Batho du gouvernement ! Si avec ça, les Américains ne sont pas impressionnés, je me demande ce qu’il leur faut. C’est pas parce qu’on porte la cravate de travers qu’on ne peut pas être droit dans ses rangers.

Et puis François Hollande a placé la France à l’avant-garde du dossier syrien. Alors c’est un peu aventureux, c’est vrai. Ca me fait penser à ce type qui n’a pas vu que le télésiège était fermé, qui a grimpé dedans. Donc soit il saute, soit il attend demain matin que Barak Obama le remette en route.

C’est arrivé à une dame très bien, il y a déjà quelques temps. Elle était montée dans une télécabine… qui partait en réparation, et on ne l’a jamais revue. Elle s’appelait… Catherine Ashton, et pourtant c’est toujours la Haute représentante de l’Union pour les Affaires étrangères. On la cherche encore, une histoire dramatique…

Heureusement, depuis hier soir, Barack Obama se rapproche doucement d’un feu vert du Congrès pour intervenir en Syrie avec la France. Parce que si la France avait décidé d’agir seule, et sans l’aval de l’ONU, elle se serait isolée sur le plan international. Déjà qu’elle est isolée sur le plan culturel, ça fait beaucoup.

Mais donc le président français est déterminé, il sait se montrer ferme, et quand François le Français est ferme, ça donne ça :

Mais enfin, rien ne vaut le soutien d’un homologue et une action conjointe. En ça, nous avons de la chance que François Hollande et Barack Obama soient sur la même longueur d’onde…

Bon, établir la liaison téléphonique, c’est déjà un premier pas.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.