L’Elysée a entamé ses travaux de rénovation ! La salle des Fêtes du Palais est rafraîchie grâce à une moquette à 300.000 euros…

Tout ce qui est moquette à Radio France, on est sensibilisés… Mais là pour Macron, c’est pas de bol pour le timing… En plus la rénovation des salons de l’Elysée, « Le Monde » en a fait une double page samedi… pendant que d’autres s’attaquaient à la rénovation de l’Arc de Triomphe. C’est toujours pareil : tu commences par changer le service à vaisselles et après t’es obligé de changer toute la déco qui va avec ! Après tout, l’Elysée, c’est son espace de co-working à Macron… « L’édifice se fisse, il fallait rénover », ça va, c’est pas un immeuble du centre ville de Marseille, non plus !

Alors qu’à l’origine le palais n’était pas fait pour travailler H24 avec des centaines d’employés. Au temps de la Pompadour puis de Napoléon il était « conçu comme un hôtel de plaisir » … ben voilà, on est en 2018 et c’est le bordel ! Dans le journal, on voit même une photo de Macron qui supervise les travaux. Y'a des types sur des échafaudages, toute la journée qui doivent l’entendre : « And you make my Salle des Fêtes great again okay ? » 600.000 euros ça coûte ! Dont la moitié, 300.000, rien que pour la moquette ! Et le président ne peut plus reculer,… sinon il faut un moratoire sur la moquette ! Sa fabrication a nécessité deux tonnes de laine ! Il a fallu tondre combien de moutons ? Pas loin de 66 millions à mon avis… 

Rénover la Salle des Fêtes en ce moment je pense qu'on pourrait dire que c'est la définition de l'optimisme. Oui parce que qui dit « Fête » dit « quelque chose à fêter » ! Ou alors, il prévoit déjà son pot de départ… Le plus triste c'est qu'il veut financer les travaux grâce aux produits dérivés de la boutique de l'Elysée. En gros, il mise tout sur sa popularité...

Macron se justifie dans le journal, il dit  : « On prend toujours le risque d’être caricaturé mais il faut expliquer »… T’inquiète pas Manu, on s’en occupe. Il a ajouté qu’il faut entreprendre, il faut injecter de l'argent pour sauver la France. Là je vous raconte pas comment il a injecté du pognon dans le marché du rideau et de la tenture.

On a les détails : à la place du tapis rouge y'aura une moquette grise. A la place des rideaux rouges, y'aura des rideaux gris. Et on va aussi rependre les moulures dorées en blanc (Valérie Damidot écrit dans Le Monde)… Gris et blanc. C'est neutre, c'est sobre... Et on le sait, rien n'est plus cher que la sobriété. Enfin, tant qu’ils nous foutent pas un Jeff Koons au milieu du salon. Brigitte Macron a dit : « Il faut que la lumière entre à l’Elysée » Donc vous aurez compris, pour entrer à l’Elysée, la lumière c’est oui, les gilets jaune, non.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.