La Nouvelle-Calédonie a choisi de rester française, à l’issue du référendum qui était organisé hier…

Ça faisait 30 ans que les Calédoniens attendaient de se prononcer pour leur indépendance et tout ça pour finir par dire « Ben non, finalement, on reste ! ». Vouloir rester aux mains de ses preneurs d’otage, ça porte un nom, ça nous pose le syndrome de Stockholm à Nouméa… Le taux de participation s’élève à 80%. C'est énorme ! 80%. C’est là qu’on voit bien que les Calédoniens ne sont pas complètement français… Ici même avec des promos sur le Nutella on arriverait pas au même résultat ! D’autant qu’ils ont des plages magnifiques baignées d’un grand soleil… il faut avoir envie d'aller s'enfermer dans un isoloir !

Mais attention, avec 56,4% de « Non » à l’indépendance, ça s'est joué à peu de choses. Si la France n'avait pas remporté la Coupe du monde en juillet, je ne donnerais pas cher de ce résultat. Et d’ailleurs, si le « Oui à l’indépendance » était passé, est-ce qu’il n’aurait pas fallu rejouer la finale de 98 sans Christian Karembeu ? Je ne donnerais pas cher du résultat… Non, j’ai pas le seum…

Mais ce que retiens, c’est que pour trouver des gens heureux de vivre en France, il faut aller les chercher dans le Pacifique sud. Et de me demander : qu’est-ce qui poussé des Mélanésiens à vouloir rester français ? Est-ce que certains se sont dit :

Moi, pour protéger la barrière de corail, je fais confiance à François de Rugy ! 

Ca veut aussi dire qu’en Nouvelle Calédonie, les gens n’ont aucune inquiétude à l’idée que Christophe Castaner soit leur ministre de l’Intérieur !

J’ai aussi une pensée pour ceux qui ont voté « Oui à l’indépendance » et qui ce matin se sont dit… et merde… j’ai toujours la même nationalité qu'Eric Zemmour.

Les Calédoniens veulent faire partie de la start-up nation ! Et quoi de plus logique quand on sait que ce sont eux qui ont mis leur territoire sur Airbnb il y a plus de 150 ans. Le président Macron est soulagé. Ca s’est vu hier à la télé, parce que pour son allocution à la télé il avait mis les moyens. Cette fois il s’est payé un éclairagiste. Oui, donc soulagé le président, car n’oublions pas que le dernier français qui a pris son indépendance, il s’appelait Collomb !... ce n’était pas le meilleure augure…

Aujourd’hui, le Premier ministre sera en visite à Nouméa. Souhaitons bonne chance à Edouard Philippe, qui va pouvoir expliquer aux Calédoniens les bienfaits de la limitation à 80 kilomètres / heure, surtout quand l’Etat n’entretient pas suffisamment les routes.

Ayons une pensée également pour l’instigateur des accords de Matignon, Michel Rocard. Et hier, Manuel Valls s’est félicité de ce résultat, lui qui était mandaté pour travailler à l’avenir institutionnel de l’île. Ce qui le place en bonne position pour briguer la mairie de Nouméa une fois qu’il se sera gaufré à Barcelone.

Voilà. Le « temps de la réconciliation » est venu. Juste après le temps des colonies, donc.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.