En réaction à votre témoignage sur le harcèlement, Cécile Duflot, voici un autre récit, celui de Véronique…

Oui, bonjour, alors moi c’est particulier, je suis la présidente de la LDH, la Ligue des harceleuses. Et pffff on galère : on a dû se regrouper parce qu'individuellement, on rencontre de beaucoup trop de difficultés pour harceler les hommes. Par exemple, moi, au début, j'étais plutôt dans le harcèlement de rue, mais à chaque fois que je sifflais un mec, le type rappliquait au lieu de m’ignorer... J'en ai eu marre, alors je me suis tournée vers le harcèlement sur Internet. 

Il y a une injustice que je voudrais dénoncer, parce que nous aussi on voudrait pouvoir faire peur aux hommes mais quand on les menace en disant : « Je vais venir en bas de chez toi », ils prennent ça pour un rencard. Les mecs à la place d'appeler les flics ils partent se recoiffer, ils se mettent du spray pour l’haleine et de l’afer-shave. Je crois qu’il y a un problème de clarté dans notre message. 

Y'a Nathalie, une copine de la Ligue, elle voulait harceler son collègue de boulot, du coup elle lui a envoyé une photo de ses seins... Nous on lui a dit : « Bien joué Nat ! C'est du lourd, là on est bonnes pour le tribunal c'est sûr ! » Vous savez ce qu'il a fait le collègue en question ? Il les a mis en FOND D'ECRAN ! 

Avec les copines on va aussi dans les transports en commun, pour voir s'il n'y a pas des beaux gosses qui pourraient faire des proies à chasser ! Hahaha. Bon par contre ça ne marche pas trop non plus parce qu'on est obligée de faire ça en plein jour, quand il y a beaucoup de monde dans le bus, sinon on risque de se faire agresser. 

Alors je suis venue vous dire : nous aussi on veut faire les titres de la presse, y'a pas de raison ! Parce qu’avec les filles de la Ligue, on a lancé une campagne de harcèlement contre Jean-Marie Bigard pour qu'il quitte Twitter. Sauf que quand il a lu toutes les insultes qu’on lui a envoyées, il a pensé qu'on était des groupies, il nous a remerciées d’avoir cité aussi fidèlement ses spectacles. Ca a été un échec cuisant.

Après on a essayé sur un chanteur, on lui envoyait au moins 50 messages par jour ! On pensait qu'il allait craquer, et résultat, au bout d'une semaine, il nous a proposé un plan à quatre ! C'est désespérant. Même quand on va plus loin dans les menaces ça ne fonctionne pas. Récemment j'ai interpelé un présentateur télé sur Facebook en lui disant : « Je vais venir m'occuper de tes gosses », il a cru que je postulais comme baby sitter ! 

Il y a bien un jour où je me suis fait bloquer sur Twitter par un type. J'étais contente, je l’ai dit à toutes les copines ! Bon plus tard j'ai appris qu'il m'avait bloquée parce qu'il avait cru que j'étais un mec... Donc en fait, la seule fois où on est vraiment à égalité avec les hommes là-dessus, c’est quand ils vont se plaindre au commissariat : beaucoup n’y vont pas et ceux et celles qui s’y rendent ne sont pas toujours crus. 

L'équipe