Jean- Christophe Lagarde est l'invité d'Alexandra Bensaid à 7h50… et ce matin Camille a un message d’encouragement pour lui…

Bonjour m’sieur Lagarde ! Je voulais vous dire un truc qui va vous faire plaisir : ma mamy, elle va voter pour vous ! Je ne vous cache pas qu’au départ, elle était un peu perdue devant les 33 listes de candidats aux européennes… Elle a juste reconnu Francis Lalanne, mais elle m’a dit : « Il est mignon mais je ne vais pas confier l’Europe à un beatnik en cuissardes ». 

Faut se mettre à sa place à 90 ans… Mais la semaine dernière, ma grand-mère a aperçu votre affiche… et ça lui a fait un choc : elle a vu Giscard d’Estaing ! Et elle me dit : « Regarde, c’est incroyable, cette affiche n’a pas été arrachée depuis 71 ! » Mais nooon, mamy ! C’est Louis Giscard d’Estaing ! Le numéro 3 sur la liste UDI, c’est le fils de l’autre ! Giscard II. »

Mais c’est pas grave, rien que de voir un Giscard sur la liste, « ça me rappelle l’Europe à 8, c’était quand même plus simple ! » Et elle ajoute : 

C’est dommage qu’il passe inaperçu monsieur Lagarde avec son UDI, il aurait du embarquer Julien Lepers sur sa liste, ça aurait fait le buzzz ! Le buzzz

Le buzz, mamy, oui. Elle a raison, regardez à La République en Marche, ils ont bien Bernard Guetta !

Ah m’sieur Lagarde ! Vous on voit bien que vous n'êtes pas un arriviste ! Vous êtes en politique depuis 1987 et 32 ans après, vous prenez le risque de vous faire battre par Benoit Hamon… Puis chez vous en meeting, c’est formidable pour ma grand-mère : on n’étouffe pas dans la salle. Chacun a une chaise devant pour allonger ses jambes.

Puis comme elle dit souvent : « J’ai toujours été centriste. D’ailleurs, le soir, je bois ma verveine dans un mug avec une photo de Jean Lecanuet ! Un mug... » Une tasse, quoi !

Et puis vous l’avez rudement impressionnée avec le message que vous souhaitez adresser à Teresa May…

Extrait

Et quand vous fredonnez l'Hymne à la Joie, ça nous transporte…

Extrait

Ca nous rappelle quand même les heures les plus sombres de « La chance aux chansons »… Mais soit. On sait que quand on vote pour le centre, on ne se mouille pas trop : on est un petit peu contre tout le monde et à la fois du côté de tout le monde... C'est pratique, parce que ça aurait ennuyé ma mamy de se déplacer jusqu'aux urnes pour voter blanc.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.