Le déconfinement approche, c’est la dernière chronique avant le 11 mai, Charline tire donc le bilan à chaud de ce long huis-clos…

Vous vous rappelez, Nicolas et Léa, au début on se demandait comment on allait tenir deux semaines ? Là ça fait deux mois et on a su rester les mêmes… avec 2 kilos de plus. Au début, on a senti comme un retour aux sources : chacun fabriquait son propre pain, on se disait « prenez soin de vous » et tout le monde était devenu de gauche. Même le Président n'appliquait plus le programme de François Fillon mais celui de Benoît Hamon ! Et puis, au fil des semaines, on a recommencé à commander sur Deliveroo, le gouvernement a refait passer l'économie avant tout et petit à petit les choses sont revenues à la normale…

Comme beaucoup, je m'étais promis de faire du sport et puis j’ai du arrêter à cause d’une entorse… une entorse à ma promesse. Je pensais aussi avoir le temps d’apprendre de nouvelles langues, d’acquérir de nouvelles compétences, et à l’heure du bilan, je me rends compte que je n'ai rien fait de tout ça. Enfin, pas exactement : aujourd'hui j'arrive à jeter mon pot de yaourt vide dans la poubelle sans avoir à me lever du canapé. Avant le confinement je n'y arrivais pas du tout.

Culturellement, ce n'est pas un échec total puisque ces huit semaines m'ont permis de revoir toutes les saisons de « Friends ». En revanche le 16 mars, j’avais dit aux collègues que j’ambitionnais de lire Proust… alors pour ne pas perdre la face, ce week-end je mise tout sur les fiches de lecture… Pour moi le 11 mai au bureau, c'est pas le déconfinement, c'est l’oral de français.

Maintenant, j'aimerais remercier tous ceux qui m'ont aidée à tenir durant cette période. J’ai d’abord une pensée pour mon canapé qui m’a beaucoup soutenue. Je voudrais aussi remercier mon balcon qui m'a permis de m'aérer les idées en m'offrant ses 80 cm2… C’est là que j’ai puisé toutes mes idées de chroniques, vous aurez compris que j’étais à l’étroit. Je suis obligée de remercier aussi les GAFA. Je retire tout le mal que j'ai dit sur eux ! Merci Amazon, grâce à toi des centaines de milliers de français ont eu un confinement plus doux, c'est vraiment dommage que vos employés ne puissent pas en profiter.

Je tiens aussi à remercier Skype grâce auquel j'ai pu voir mes parents. Les voir mais pas les entendre, parce qu'ils n’ont jamais réussi à trouver comment activer le micro. Je remercie aussi les 95 lattes du plancher de ma chambre et les 43 carreaux de la salle de bain. On a pris le temps de se connaitre individuellement et ça nous a rapprochés.

Maintenant il est temps que ça s'arrête, parce que… j'ai installé deux traversins avec des perruques dans mon canapé et je les appelle Nico et Léa. J'ai graffé à la bombe un logo France Inter sur le mur du salon et j’ai accroché une photo de Dominique Seux et Thomas Legrand. Vous me manquez !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.