Matteo Renzi est l'invité de Léa Salamé et Charline tient a profiter de sa présence…

Bonjour monsieur Renzi. Je suis un peu intimidée de m’adresser à un ancien grand dirigeant européen. Pourtant j’ai l’habitude de voir défiler ici tous ceux qui dirigent la France… Mais vous savez depuis l’an dernier, y’a eu pas mal de changements et on n’est pas encore familiarisé avec tout le monde ! Alors attention, y’en a qui sont toujours là. On a gardé les plus fameux, que vous devez sûrement connaître : les Bruno Retailleau, Olivier Faure, Valérie Pécresse ! Ils ont tous défilé là, à votre place. Je ne dis pas ça pour vous mettre la pression… mais par exemple, hier, à votre place, y’avait Régine. Régine… « Mon truc en plume », vous voyez ? 

« Mon truc en plume, plume de zoizeau, de zanimooooo… »

Ce serait l’équivalent de… Toto Cutugno. Ah ça se pose là !

Bon, je sens que l’ambiance se réchauffe entre nous, monsieur Renzi… Je peux vous appeler Matteo ? Ah non, zut ! J’avais oublié… Matteo c’est comme l’autre. Le nouveau mec de Marine Le Pen… Quand j'entends parler Salvini, j'ai envie que Zidane lui mette un coup de boule, comme en 2002 !

Ici  aussi on a l’extrême-droite, mais elle est dans un état… Pour vous dire, ils sont fait piquer leur programme par Laurent Wauquiez. En ce moment on a une situation politique… pire que la Squadra Azzura à la dernière coupe du monde ! (Oui, je suis Belge. Alors quand je me compare, je me rassure…)

J’ai envie de vous demander : vous étiez passé où m’sieur Renzi ? Vous étiez l’étoile montante de la politique européenne. La coqueluche de la social-démocratie. Et puis d’un coup, plus de nouvelles ! Comme Benoît Hamon. Une comète… elle s’envole, elle disparaît et on sait jamais où elle va se crasher ! Moi j’ai cru en vous ! J'ai cru qu'on pouvait mélanger socialisme et libéralisme comme on mélange la tomate avec la mozzarella. Elle paraît loin l’époque où vous étiez « L’enfant chéri de l’Italie », le Gigi l’amoroso de la politique, quand le peuple se débarrassait enfin de Berlusconi. Remarquez ici aussi quand on a élu Hollande pour virer Sarkozy, on y a cru. Vous étiez Premier Ministre au même moment que Manuel Valls... Je vous vois encore tous les deux en bras de chemise… Le rital et l’hidalgo. D'ailleurs, j'y pense,… vous n’auriez pas pas un arrière-grand père français ? Sinon vous pourriez venir postuler à la Mairie de Paris.

Désormais, on vous compare à Macron. Vous avez le même profil : jeune, ambitieux, libéral... Vous aimez les cordons bleus vous aussi ? Alors il faut savoir qu'être comparé à Macron c’était très bien considéré il y a un an, mais méfiez-vous, depuis c'est pas forcément un compliment… Léa s’est bien gardée de vous le dire, ça.

En conclusion, m’sieur Renzi, pour moi vous êtes le Barack Obama italien. Cool, souriant, Yes we can… Obama a ouvert la voie à Trump. Vous l’avez ouverte à Salvini. Et vu qu’on vous compare à Macron… On n’est pas super pressés d’être en 2022…

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.