Les crues sévissent depuis plusieurs jours en Charente et dans le Lot-et-Garonne, les habitations sont inondées…

Quand une crise t'oblige à rester à la maison, et qu'au même moment une autre crise t’oblige à quitter ta maison, tu dois ressentir un léger ras-le-bol. Ca se comprend : on est déjà tous dans la mouise jusqu’au cou et y’en a qui en plus ont de l’eau jusqu’à la taille. Alors bien sûr les maires réclament “l’état de catastrophe naturelle”... Mais je ne sais pas si on peut qualifier ces catastrophes de “naturelles”. Elles sont aussi naturelles que le glyphosate dans les courgettes. C’est le symptôme de la crise climatique, donc en réalité on devrait voir Barbara Pompili aussi souvent qu'Olivier Véran. Mais bon, là je viens de dire Barbara Pompili, donc on déjà perdu les trois quarts des auditeurs... Barbara Pompili ! La dame là ! Celle qu'on ne voit jamais ! Ah beh oui du coup vous ne voyez pas non plus… 

Chaque année les inondations sont plus préoccupantes : chaque année, chez BFM ils sont obligés de trouver un journaliste plus grand que l'année précédente pour faire les duplex. Alors évidemment ça fait des belles images… Sur les réseaux sociaux la crise climatique c’est : « Beauté de la Dordogne sortie de son lit ». Alors ça va les habitants de la Charente et du Lot-et Garonne, on ne vous dérange pas trop ? On ne peut pas s'organiser un petit week-end à Venise, alors on se fait sa petite balade en barque en bas de chez soi ? Comme on ne peut plus voyager, on fait entrer la Garonne dans son salon ? Ca fait six mois que les piscines sont fermées et eux ils vont chez le boulanger, en dos crawlé, tranquille... 

A Paris aussi la Seine est sortie de son lit et si ça continue les trottinettes électriques vont finir dans le canal St Martin !... (Ouais, ça, ça ne change pas, vous me direz)… Finalement Jacques Chirac aura tenu sa promesse, on va enfin pouvoir se baigner dans la Seine. Mais de force. Et la Maison de la Radio, qui est située juste en bord de Seine. Cela dit, rien que d’imaginer Dominique Seux débarquer en jetski le matin depuis Bercy, et ça me met en joie... Comme David Charvet dans « Alerte à Malibu », mais avec Dominique Seux !

Oui c’est grave ! C’est pour ça qu’il faudrait adopter la même méthode contre la crise climatique que celle contre la crise sanitaire. En appliquant des gestes barrières. Des gestes barrages. Pas en essayant de repousser les eaux avec les coudes… mais en respectant les distance avec les lobbies. Et la surconsommation, il faut arrêter de s'en laver les mains cinq fois par jour. On pensera à faire des pictogrammes à l'attention des chefs d'Etat, ils adorent ça, les pictogrammes… Parce que c’est bien la peine d’instaurer des couvre-feux si on n’arrive même pas à contenir de l’eau.

L'équipe