Samedi, les promeneurs des quais de Seine ont été évacués par la gendarmerie. Une situation qui a glacé la Seine. La Seine, qui témoigne ce matin...

Ca me faisait tellement de bien voir des gens se balader au soleil ! Je sais ce que c'est que d'être confinée, je vous rappelle que je ne sors de mon lit que tous les deux ans, en moyenne. Alors quand j'ai vu un escadron de gendarmes débarquer : j'ai d’abord regardé s'il n'y avait pas Nicolas Sarkozy ou Carlos Ghosn dans le secteur. Mais pas du tout, les gendarmes étaient là pour évacuer les promeneurs ! Bientôt quand vous sortirez prendre l'air, on vous demandera de le rendre ! 

Evidemment qu'ils étaient nombreux les badauds ! Je récupère la clientèle de tous les bars qui sont fermés ! Vous voulez qu'ils aillent où pour boire un coup en sécurité ? Dans le métro ? Ils y sont déjà toute la semaine ! On n’a qu’à faire des parking-drive in où les gens me regardent en buvant un coup dans leur bagnole aussi ! 

On a tous passé l'hiver chacun de son côté, avec le retour des beaux jours on a envie de se revoir, imaginez le tas de choses qu'on a à se raconter : toutes ces anecdotes de télétravail, toutes ces parties de Puissance 4, ces aventures au supermarché... Attention, moi je ne suis ni de rive droite ni de rive gauche hein ! Mais moi aussi je suis en manque de contact humain. J'en suis arrivée au point où je jalouse le Lidl. C’est vexant qu’on empêche les gens de se balader sur mes berges et qu’on les encourage plutôt à aller dans les magasins en rang par deux.  

Même Paris-Plages me manque... C'est là qu'on voit à quel point on souffre : le moindre truc tout nul d'avant nous fait fantasmer. Je ne pensais pas que des gens en pantacourts et à la peau rougie pourraient autant me manquer... Avant, quand je voyais les Parisiens, j'avais peur qu'ils se prennent un coup de soleil, aujourd'hui j'ai peur qu'ils se prennent un coup de matraque.  La vie à Paris est devenue tellement triste. Parfois j'ai envie d'en finir. Si c'était possible, je pense que je me serai déjà jetée dans moi-même. Je ne sais pas ce qu'en dirait Ernest Hemingway : il écrirait probablement un livre intitulé « Paris est une défaite. » 

J'ai aussi appris que la consommation d'alcool était interdite entre 11h et 18h. Ca va me faire un sacré changement… Moi, le matin je vois plutôt des sportifs qui font leur jogging, mais maintenant j'imagine que je vais assister à des tournées de tequila à 8h du mat', histoire de rester dans la légalité...  

Je ne sais pas comment vous faites pour supporter ça ! Autant de renoncements aux libertés du citoyen. L’Etat a de la chance que vous soyez aussi disciplinés. En 2021, y’a pas besoin de gaz lacrymo pour rendre l’air irrespirable. Moi jamais personne ne m'empêchera de voyager jusqu’au Havre et d'aller me jeter dans la Manche, ça je vous le garantis ! Vous feriez bien de faire gaffe à votre démocratie. Je peux vous dire que j'en ai vu des trucs couler, vous pouvez me croire. 

L'équipe
Thèmes associés