Les fabricants français de masques sont inquiets : ils ne parviennent pas à écouler 40 millions de masques en tissu, car les produits chinois à usage unique sont davantage consommés.

Eh ben voilà. Maintenant on a trop de masques. Ca veut dire qu’il y a des régions, comme l'Auvergne, dans lesquelles on compte des milliers de masques par habitant. Actuellement, on a tellement de stocks qu’on peut reconstruire la charpente de Notre-Dame avec des palettes de masques en tissu made in France.

Les confectionneurs qui étaient inquiets de ne pas pouvoir en fabriquer assez, maintenant ils sont inquiets d’en avoir trop fabriqués, alors au ministère de l’Economie pour aider le secteur on cherche des solutions. Bruno Lemaire est à deux doigts de demander aux Français de ne surtout pas réutiliser leurs masques réutilisables. Parce qu'il faut dire ce qu’y est : le principal problème des masques réutilisables, c'est qu'ils sont réutilisables.

A Bercy, on se démène pour encourager la consommation : si vous entendez mal ce que dit Bruno Lemaire, c’est parce que maintenant, les masques, il les porte par 4 ou 5, superposés. Chez les Lemaire en ce moment tout le monde porte un masque 24 heures sur 24...Même le chat et le cochon d’Inde portent un masque… (Jacky, le cochon d’Inde… j’espère que vous suivez le compte Instagram de Bruno Le Maire !) Rendez-vous compte que Bruno, il vend moins bien ses masques que ses réformes.

Il y a même un fabricant de chaussettes qui s’y est mis : on sera peut-être pieds-nus dans nos chaussures cet hiver mais on n’aura pas froid au nez. Le souci c’est les entreprises qui commandent des masques à usage unique en Asie. Alors Bruno, il doit rencontrer les PDG pour les convertir au tissu made in France, il leur dit : « Et celui-ci vous l'avez essayé ? Non mais touchez-moi cette matière ! C'est de la qualité... Et puis la couleur va parfaitement avec vos yeux si vous me permettez ! »

40 millions de masques en trop ! Roselyne Bachelot est pétée de rire ! 

Faut dire qu'on peut difficilement trouver un moyen de reconversion pour un masque en tissu. Ca peut servir de parachute pour les souris mais ces connes de souris ça ne sait même pas se servir d’un parachute ! Faudrait essayer de les exporter, mais pas en Suède parce que fin mars, on avait d’abord essayé de le leur chourer, leurs masques.

Il faut dire aussi que ce n'est pas très vendeur de parler de masque "grand public" pour de la couture française.  Aujourd'hui pour vendre, il faut donner au consommateur l'impression qu'il est exceptionnel ! C'est la base ! Dans un monde où on a transformé des capsules de café en objet de désir, il faut faire pareil avec le matos médical !

Alors, aujourd'hui, les amis, il s'agit de se protéger français, il faut respirer français ! Et si vous ne le faites pas pour la France, faites-le pour la planète !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.