Marine Le Pen a rencontré le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, hier, à Rome…

Marine Le Pen était déjà anti-immigration et anti-Europe et maintenant on apprend qu’elle est aussi antipasti !

Le Pen et Salvini ont lancé leur campagne européenne en duo, il est son Andrea Botcelli, elle est son Hélène Segara. Ils ont posé sous les flashes des photographes. C’était la Mostra du racisme. Matteo lui a demandé si elle avait fait bon voyage. Marine lui a dit : « Oui, excellent ! » Et il a répondu « C'est normal, vous êtes venue en avion. C'est en bateau que c'est plus compliqué d’arriver ici hahaha » Ils ont ri ! Il faut dire qu'il a de l'humour Matteo. Ce se voit, si, si… En ce moment Marine Le Pen a de la chance, elle a l’embarras du choix entre un Rital et sans doute bientôt un Brésilien !

Bref. Pendant la rencontre, elle lui parle de son amour pour l'Italie : les gondoles, la pizza, la Piazza navone... C'est un pays qui l'a toujours fascisée... fascinée pardon ! (Ne me faites pas dire ce que j’ai dit)

La présidente du Rassemblement national rappelle qu’ils se sont rencontrés pour la première fois à la buvette du Parlement européen… C’est là qu’ils ont nourri leur défiance envers Junker : il était passé juste avant eux et il avait vidé la dernière bouteille de Martini. A l’époque, Salvini était tout en bas de l’affiche, et elle était tout en haut. Depuis tout s'est inversé ! Lui est devenu Premier Ministre et elle… Elle est toujours...euh... bon bah, elle est toujours Marine Le Pen... 

Quand il lui demande pourquoi elle s’est gaufrée pendant le débat d’entre deux tours, elle lui répond. « Je ne comprends pas, j'ai essayé de faire comme toi, et de parler avec les mains, mais je crois que c’est là que j’ai pas réussi à convaincre. » C’est comme ça qu’elle l’appelle « Casanova » mais que lui l’a surnommée « la folle ».

Ils parlent d'une alliance, elle lui dit : « Allez Matteo, ensemble on va botter les fesses de l’Union européenne ! » Il lui répond « Ok mais par contre tu me laisses parler, parce que sinon on est foutu. » Elle lui rappelle qu'à l'époque c'est lui qui tenait absolument à faire un selfie avec elle. Il y a cinq ans c'était la Madonna de la xénophobie, lui n’était pas encore le Mbappé du racisme ! Il a même utilisé la photo avec Le Pen comme affiche de campagne avec ce slogan « Si vous votez pour moi, vous votez pour elle ! » Comme quoi… Elle va peut-être essayer de se présenter à la mairie de Rome !

Salvini est galant, il a pris des nouvelles de Jean-Marie, il lui a demandé : « Ca va, tu t’es réconciliée avec ton père ? Vous n’êtes pas restés fachos ? » Matteo non plus ne maîtrise pas bien la langue…

Ils se lancent donc en duo : « Une ratonade à deux / Tous les deux sur les chemins / Dans ton panzer mobile / Tous les deux on sera bien… » J’arrête là, on connaît déjà le refrain… il est prévu pour mai 2019.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.