La Guadeloupe n’est plus un département français et personne ne me prévient ?

- Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? La Guadeloupe EST un département français !

J’ai confiance en vous, et j’ai bien envie de vous croire, mais les chiffres jouent contre vous : 15 décès par règlement de compte à Marseille, c’est moitié moins qu’en Guadeloupe, avec 37 décès par arme à feu ou par arme blanche depuis le début de l’année. Et aucun sujet dans les journaux…

Alors je crains de devoir vous annoncer que… la France a perdu un confetti de l’empire ! 37 morts violentes liées à la drogue et l’alcool, et pas un seul ministre sur place, alors qu’il y en a eu cinq au chevet de Marseille.

Guadeloupe
Guadeloupe © Google maps

La Guadeloupe semble reléguée aux faits divers « internationaux »… Et oui, tout va trop vite… Regardez, grâce au TGV, Chicago n’est plus qu’à trois heures de Paris. Désormais, on peut aller manger un hamburgers à l’aïoli dans la journée.

Mais alors, grosse erreur d’avoir laissé la Guadeloupe s’éloigner de la France. Ca aurait arrangé tout le monde : Manuel Valls aurait pu faire oublier Marseille en décrétant que la Guadeloupe était la région la plus dangereuse de France. Et comme c’est très loin, à 6.200 kilomètres, toute la métropole aurait été rassurée.

Alors bien sûr, Marseille est la deuxième ville du pays. Mais justement, comme la Guadeloupe a deux fois moins d’habitants qu’à Marseille, mais deux fois plus d’assassinats, c’est tout de même l’Outre-mer qui décroche le pompon.

Pourtant, c’est vrai que Marseille n’est pas comparable à la Guadeloupe. Rien à voir ! L’Olympique de Point-à-Pitre n’a plus gagné de match depuis… euh… oulalalala…

C’est bien simple, les clubs de foot sont à la Guadeloupe ce que Karim Benzema est à l’équipe de France : ça court partout mais ça ne sert à rien.

- Je maintiens que la Guadeloupe est un départment français !

Ah mais alors, c’est très grave ce que vous dites ! Ca veut dire qu’on n’est plus en sécurité nulle part en France. Même pas à l’île de Sein. J’ai lu ce week-end dans « Le Parisien » le combat d’un avocat pour que des enfants ne puissent pas aller rejoindre leur mère dans un milieu aussi hostile que l’île bretonne. Je cite l’avocat : « C’est une île dangereuse qui subit de nombreuses tempêtes. Il n’y a pas de voitures. Les habitants se déplacent à pied avec de petites charrettes. »

Alors pour être en sécurité en France, il reste quoi ? Les îles Kerguelen ? Quoique. Vu le nombre d’habitants par rapport à la densité de mouettes, vous avez un million de chances de plus qu’à Marseille… de vous faire attaquer par une mouette. Et ça, ça la fout mal. Déplacer 5 ministres dans une région australe… Ca complique la création d’un « pacte national » contre l’attaque de mouettes. Un « front républicain » pour enrayer la spirale de la violence faite aux scientifiques des terres arctiques.

Terminons sur une note positive. Observons ce qui se passe à Marseille, et qui pourrait être appliqué à la Guadeloupe. Pour l’instant il y a un comité de pilotage. On ne sait pas très bien ce qu’il pilote et dans quelle direction. Mais l’intention est là. Et si, en Guadeloupe, il pouvait déjà y avoir une intention… ce serait déjà un pas.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.