Kim Jong-Un célébrait hier les 70 ans de la République populaire démocratique de Corée. Et parmi les invités : Gérard Depardieu...

« Mais qu’est-ce que Gégé foutait là ? », me direz-vous. Est-ce qu’il a prévu de chanter du Barbara pour faire craquer les dissidents ? Non ! Gérard Depardieu, c’est l’un de nos ambassadeurs. Et pas que le notre d’ailleurs. Quand Kim-Un invite Gégé, c’est tout bénef’ : il s'offre un représentant de la culture française, mais aussi un représentant de la culture russe, tchétchène et d’Azerbaïdjan. Si Gégé avait léché Macron comme il lèche Poutine, il aurait pu devenir consul général de France à Saint-Pétersbourg !

Gégé, c’est un peu comme un BHL qui serait revenu un peu à l’est : sillonnant les dictatures, chemise blanche ouverte (sauf qu’il fait pas péter les boutons au même endroit). Et Depardieu c’est à la fois l’anti-BHL puisqu’il fuit les journalistes et surtout, surtout : Gégé, il bouffe toutes les tartes AVANT qu’elles ne lui arrivent dans la gueule.

La seule chose qu'il a déclaré à la presse en Corée du Nord c'est « Je n'aime pas les journalistes ». Comme quoi, on dira ce qu'on veut mais il s'adapte avec une vitesse incroyable à la culture du pays qu'il visite...

Mais revenons à cette question : « Qu’est-ce que Gégé foutait là ? ». Serait-il un agent double, surtout dans le sens de la largeur ? Et puis tout s’éclaire quand on apprend qu’il est « accompagné de Yann Moix ». (Au départ, c’était Christine Angot qui était prévue, mais Kim Jong-Un aurait déclaré « Pitié pas elle, elle me fait peur »). Yann Moix, donc, qui ayant quitté l’émission de Ruquier, s’est dit : « Et maintenant, qu’est-ce que je vais pouvoir inventer pour me faire détester ? » Il est courageux Yann Moix. Non pas d'aller en Corée du Nord, non. Il est courageux d’avoir pris l'avion avec Gérard Depardieu ! Et donc tout s’éclaire : ils vont tourner un biopic à la gloire de Kim Jong-Un. Où Gérard tiendra le rôle principal : celui d’une grosse ogive nucléaire. (Du sur mesure. Je rappelle qu’un jour en faisant la planche dans la Baltique, il paraît qu’il a servi de piste de décollage pour missiles balistiques.) 

Tout ce petit monde a donc fêté dignement les 70 ans de la RDCN. Au menu : brochette d’opposant, jambon d’espion américain (12 ans d’affinage) et hachis parmentier d’architecte (ça c’est très rare ! Mais là, il se fait que la veille, y’en a un qui était arrivé en retard au travail). Donc en résumé, Gégé à Pyonyang, si ça se trouve c’est juste parce que le régime Nord-Coréen, c’est le seul qu’il n’a pas encore essayé.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.