Le monde entier aura retenu cette poignée de main historique entre Barack Obama et Raoul Castro. La France, elle, aura retenu cette photo historique de Hollande et Sarkozy assis côte à côte. A Cuba, les éditorialistes ont titré que l’icône Mandela est à ce point fédératrice qu’elle a réussi à réunir Hollande et Sarkozy ! Attention, l’exception culturelle, c’est aussi une forme d’embargo, ça peut très vite marginaliser un pays.

Vous allez me dire, on a évité le pire. Si Mandela avait claqué sous Nicolas Sarkozy, il aurait peut-être emmené Bigard dans son avion. Mais l’ex-président a emmené sa conseillère diplomatique, qui d’après « Le Parisien », est la demi-sœur de Carla Bruni. Si elle est aussi douée en géopolitique que sa demi-sœur l’est à la guitare, la France est capable de déclencher une crise diplomatique en Terre Adélie.

Mais nous vivons à l’ère de François Hollande, l’ère de rien. Enfin « mine de rien » c’est un homme qui derrière sa silhouette de Télétubbies a plus d’un tour dans sa valise diplomatique. Les avions séparés, c’était donc pour pouvoir faire un crochet par la Centrafrique, et renvoyer par là son prédécesseur à sa condition de retraité. Notons au passage qu’il n’y avait pas deux présidents hier, mais trois.

Valérie Trierweiler étant déguisée en François Mitterrand (vous l’avez vue avec son chapeau à bord plat et son écharpe rouge ? Il lui manque juste une rose à la main, et c’est plié).

Mais donc tous les scénarios qui couraient sur les Falcon et le A330 se sont crashés en vol. C’est fou quand on pense que les séries télés françaises sont aussi médiocres, alors qu’il existe dans ce pays 65 millions de scénaristes. Avec Christophe Barbier en chef de la patrouille des Castors…

La semaine dernière, il tâtait du subjonctif imparfait sur la prostate de Hollande, c’était magique. Depuis dimanche soir, la presse pisse de la copie comme un Falcon pleure des hectolitres de kérosène. Les médias font leur autocritique en concédant qu’ils ont peut-être sur-interprété cette histoire d’avions. Mais attention à ne pas sous-interpréter non plus, sinon, ça va nous mettre 300 éditorialistes au chômage et ce sont trois arrondissements de Paris qui risquent de plonger dans la crise économique.

Un Falcon 50
Un Falcon 50 © CC ZK-NGJ

Sachant que trois Falcon avec chacun 10 personnes à bord coûte 13.000 euros l’heure de vol ; et sachant qu’un Airbus A 330 avec 30 personnes à bord coûte 20.000 euros de l’heure, quel est l’économie réalisée par l’Etat ?

Vous avez une demi-heure, Eric, c’est une session nationale de rattrapage du test PISA de l’OCDE. Ah, on s’est bien fait avoir, hein.

Tenez, cette photo de Hollande et Sarkozy à Johannesburg, elle a déjà un parfum de duel pour 2017, n’est-ce pas ? Alors écoutez bien : « Du palais d’un jeune lapin, Dame belette un beau matin s’empara »… Voilà, racontez la fin de cette fable en remplaçant Raminagrobis par le politique de votre choix. Si avec ça on n’éclate pas le score des élèves de Macao, je ne vois plus ce qu’il faut faire.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.