Dans les grandes villes, les candidats aux municipales ont recours au « ciblage » des électeurs : des algorithmes identifient les secteurs avec le plus grand potentiel de voix…

Oui, maintenant, le clientélisme est digital : ces algorithmes indiquent aux candidats les portes où il faut frapper pour aller récupérer des voix, ce qui fait gagner du temps aux militants. Je vous donne un exemple : Marine Le Pen peut connaître en temps réel les endroits où pour elle il est inutile d'aller faire campagne. Regardez, ce sont ces points rouges sur la carte : c'est pas la peine qu'elle s'y rende, il s'agit des bureaux des juges d'instructions. 

On le sait bien, aujourd'hui la priorité de chaque candidat à une élection c'est de trouver ?... DES ?… Mais non pas des idées, des électeurs ! Et ça les start-up l’ont bien compris : il y en a une dizaine en France qui se partagent le marché, et elles vendent leur logiciel aux candidats… Si on entre les données dans le système pour trouver de potentiels électeurs de Benjamin Griveaux, par exemple, on peut voir les endroits de Paris où il peut convaincre des gens… Alors, si je regarde… J’obtiens une seule zone… située entre Matignon et l’Elysée… Mouais…

Attendez je vais essayer autrement, je vais chercher les endroits de Paris susceptibles de voter Les Républicains, les secteurs où Rachida DATI a intérêt à aller tracter… Deux petites secondes... Voilà ! Son secteur phare est situé… 10, boulevard de Grenelle… C’est l'adresse de Dominique Seux ! Attention Domi, désormais, nos élus peuvent tout savoir sur les habitudes de leurs électeurs. C'est troublant parce que nous on leur réclame de la transparence et finalement c'est eux qui choppent des infos sur nous.

Ces données, c’est le comportement électoral des gens. Heureusement, parce que si ça s’étendait à nos habitudes de consommation, on mettrait en contact EELV avec toutes les personnes qui ont fait une commande chez « Nature et Découvertes » ces six derniers mois !

Le constat, c’est qu’aujourd'hui, les candidats veulent s'adresser à TOUS les Français... susceptibles d'être d'accord avec eux. Et accessoirement il est pratique pour eux de savoir où ils peuvent se déplacer sans qu'on leur crève les pneus...

Il faut considérer ces méthodes de ciblage comme des boosters de la démocratie. On upgrade le process de l'appareil politique, on optimise la trajectoire entre candidat et électeur, on fluidifie le système... Bref, on fait gagner du temps à tout le monde. Le temps c'est de l'argent. Et l'argent, c'est de nouveaux électeurs.

Aujourd'hui, les algorithmes indiquent au candidat quel citoyen lui correspond. Malheureusement on n’a toujours pas trouvé le logiciel capable de faire l'inverse. Enfin, le progrès, c’est que les maires de nos grandes villes auront été élus grâce à une intelligence artificielle…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.