Aux primaires à venir, on a même mis des bulletins Léon Blum, Jean Jaurès, ou Louise Michel : ce n'est pas parce qu'on ne pense plus comme eux, qu'on ne peut pas jouer avec !

Je suis optimiste, parce que siiii, il y a un suspens. Le plus gros enjeu de cette primaire étant de savoir lequel des sept candidats va faire moins que le score que Jean-François Copé. Et puis il y a un côté festif… Cette primaire, c’est un peu comme organiser le pot de départ d'un type qui a gonflé tout le personnel de l'entreprise pendant 5 ans.

Je rappelle que le scrutin se tient les 22 et 29 janvier… donc les socialistes vont peut-être enfin comprendre ce que veulent dire « les fins de mois difficiles ».

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.