Après un faible score aux élections européennes, 6%, la France Insoumise est en crise et Jean-Luc Mélenchon, très discret… L’une de ses proches est avec nous ce matin…

Rahlalala l'ambiance au parti ! Aujourd'hui tout le monde fait la gueule dans son coin. Avant, au moins on faisait tous la gueule dans le même coin que Jean-Luc. Mais là il n’a plus le moral. Il en vient à se demander si la République… ça ne serait pas quelqu'un d'autre, finalement ! Il est au bout du rouleau : depuis l'élection il fait à peine un tweet par jour. Alors que dans ses grosses périodes il peut tourner à 2000 tweets par semaine. Il m’inquiète, Mélenchon… A la cantine il ne prend même plus de vin rouge. Il boit du rosé. C’est la crise je vous dit. Si ça continue il va hésiter à revenir parler sur France Inter, là ce serait le pompon, on l’aurait vraiment perdu !

Pourtant on essaie de le remotiver on lui dit : « Allez viens, Jean-Luc, t'as besoin de prendre l'air ! Il y a plein de journalistes qui attendent en bas… Est-ce que ça ne te dirait pas d'aller en insulter un ou deux ? » Mais non, il n'a même plus goût à ça... A la place, il passe ses journées à regarder des replay des discours de Yannick Jadot, pour essayer de comprendre comment il a pu faire le double, 13% !

Il se fait du mal… Et puis Mélenchon quand il boude on dirait un enfant de quatre ans dans un corps de 70. Il me rappelle mon papy quand il refusait de prendre ses médicaments pour emmerder les infirmières. Mais nous, les Insoumis, si on perd Jean Luc, on perd tout. Regardez quand Hamon a quitté le Parti socialiste...ou quand Darmanin a quitté les Républicains... Ouais, bon, ok je suis pas douée en exemples… C’est pour vous dire qu’à la FI on va mal… Pour vous dire l’ampleur du désastre, le nouveau délégué du personnel à sa carte à la CFDT. (On est sur France Inter nos auditeurs comprennent ce genre de blagues.) Même que l’autre jour, y’a un cadre qui a dit qu’il fallait revoir les process asap sous peine d’être décroché par la concurrence dans un système binaire non polarisé. Et Jean Luc était d’accord. Y’a trois mois cette phrase méritait peine de mort, et aujourd’hui, ça passe. Vous croyez que c’est facile d’être à la France Insoumise sans chef suprême ? Bientôt on va être obligés de prendre les décisions démocratiquement.

Du coup, on fait n'importe quoi. Moi j'avoue... voilà, hier j'étais sur mon ordi et je suis allé sur le site de Place Publique... Bah oui voilà je sais mais c'était juste pour voir hein, j'ai tout de suite fermé la fenêtre... Mais c'est pour vous dire à quel point on n’est pas bien. S’il y a bien un truc auquel on n’est pas soumis, c’est la victoire ! Si ça se trouve, bientôt, Poutou va nous passer devant ! 

Moi à force d’attendre le grand soir j’ai fini par avoir des valises sous les yeux.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.